Entrer, jouir et demeurer dans le repos de tous côtés

Dieu fixe de nouveau un jour !
« Aujourd’hui, Dieu me dit de te dire de supporter les souffrances, les afflictions, les persécutions parce qu’Il t’en délivrera Lui-même et te fera entrer dans la gloire qu’Il t’a réservée. »

Shalom bien-aimé !
Que la paix de Dieu qui surpasse toute intelligence, Sa joie ineffable ainsi que la communion avec le Saint-Esprit soient ton partage au nom glorieux de Jésus-Christ.

Le repos avec soi-même (suite l)

(4) Il faut supporter l’affliction ou la souffrance

Pour garder une conscience pure, nous avons vu qu’il faut prier, méditer la parole de Dieu, haïr le mal et nous clôturons par supporter l’affliction ou la souffrance.

Devenir enfant de Dieu, ne nous exempte pas de la souffrance. Une des choses auxquelles les enfants de Dieu sont exposés est la persécution, la souffrance. Le chemin de la croix n’est pas un chemin de plaisir. C’est un chemin de souffrance par lequel plusieurs enfants de Dieu n’aiment pas passer. Cependant, il faudrait très bien contextualiser cette souffrance. La souffrance ou l’affliction que nous devons supporter est celle de l’injustice, de la persécution que nous pouvons subir à cause de notre foi en Jésus-Christ. Ah oui, la persécution, par exemple, se retrouve sur la liste de bénédictions qui accompagnent les disciples du Seigneur Jésus. C’est un aspect de la vie chrétienne que plusieurs ignorent et n’aiment pas admettre.

Allons dans la Parole de Dieu.

Marc 10 :29-30 :
« Jésus répondit : Je vous le dis en vérité, il n’est personne qui, ayant quitté, à cause de moi et à cause de la bonne nouvelle, sa maison, ou ses frères, ou ses sœurs, ou sa mère, ou son père, ou ses enfants, ou ses terres, (30) ne reçoive au centuple, présentement dans ce siècle-ci, des maisons, des frères, des sœurs, des mères, des enfants, et des terres, avec des persécutions, et, dans le siècle à venir, la vie éternelle. »

2 Timothée 3 :12 :
« Or, tous ceux qui veulent vivre pieusement en Jésus-Christ seront persécutés. »

C’est très clair dans ces deux passages qu’il s’agit de l’affliction à cause de Jésus-Christ ou à cause de la Bonne Nouvelle. Nous ne disons pas que nous allons souffrir parce qu’il y a beaucoup de sorciers dans nos familles ou parce que le diable est puissant, non. Cette affliction, c’est parce que nous voulons vivre pieusement, dans la crainte de Dieu. Notre sainteté, notre attachement à Dieu peut être mal interprété par plus d’un et ces derniers peuvent nous chercher des ennuis à cause de cela. Qu’est-ce qu’elle pense ? Est-elle la seule vierge qui nous reste sur la terre ? Est-ce lui le seul homme intègre de ce bureau ? Comme une de nos mamans que sa méchante bailleresse appelait : « Enfant de Dieu, Madame la seigneur », « » Ce n’est pas que notre bien-aimée était en retard par rapport au loyer ou à quoi que ce soit, non ! Au contraire celle-ci la favorisait, payait en même temps ses factures mais en retour, la bailleresse faisait de choses horribles jusqu’à jeter des choses puantes, de la saleté à l’entrée de leur maison, tout cela dans le but de la pousser à bout. Le diable peut faire que nous soyons provoqués et si nous réagissons mal, c’est notre conscience qui en souffrira dans la suite.

Voyons comment l’apôtre Pierre aborde le sujet dans 1 Pierre 2 :19-20 :
« Car c’est une grâce que de supporter des afflictions par motif de conscience envers Dieu, quand on souffre injustement. (20) En effet, quelle gloire y a-t-il à supporter de mauvais traitements pour avoir commis des fautes ? Mais si vous supportez la souffrance lorsque vous faites ce qui est bien, c’est une grâce devant Dieu. »

C’est une grâce de supporter des afflictions par motif de conscience envers Dieu. Pour notre Dieu, on peut nous insulter, nous persécuter, nous maltraiter, et à cause de Lui et Lui seul, nous devons supporter. Ne soyons pas de ceux qui réagissent, en disant, je vais lui montrer qui je suis ! Je vais mettre ma Bible de côté, retrousser mes manches et lui donner la leçon pour une fois ! Parlant de notre Seigneur Jésus, il est écrit dans Esaïe 53 :7 :

« Il a été maltraité et opprimé, et il n’a point ouvert la bouche, semblable à un agneau qu’on mène à la boucherie, à une brebis muette devant ceux qui la tondent ; il n’a point ouvert la bouche. »`

Et pourtant, il n’avait commis aucun péché, il était innocent, Juste, Saint. Comme l’apôtre Pierre l’a mentionné, le mal serait de supporter des mauvais traitements pour avoir commis des fautes. Si nous savons, au plus profond de nous-mêmes que nous n’avons commis aucune faute, nous devons garder notre silence et laisser notre Dieu nous justifier. Oui, Il est un Dieu Juste !

Explorons ce que l’apôtre Paul dit à propos.

Romains 8 :18 :
« J’estime que les souffrances du temps présent ne sauraient être comparées à la gloire à venir qui sera révélée pour nous. »

Si nous ne supportons pas les souffrances du temps présent, c’est la gloire à venir que nous allons rater. Tout dans ce monde et de ce monde passera. Peu importe ce que nous pouvons traverser, regardons toujours à ce qui nous est réservé devant et ne le perdons pas de vue un seul instant.

A propos encore de notre Seigneur Jésus Christ, il est écrit dans Hébreux 12 :2 :

« ayant les regards sur Jésus, le chef et le consommateur de la foi, qui, en vue de la joie qui lui était réservée, a souffert la croix, méprisé l’ignominie, et s’est assis à la droite du trône de Dieu. »

Aujourd’hui, le repos de Jésus, c’est la place qu’Il occupe, à la droite du trône de Dieu. Celui qui était traité comme un voleur, celui qui était fouetté, couronné d’épines, cloué, mis à mort est désormais assis à la droite de Dieu.

Un élément clé que nous devons avoir pour supporter la souffrance, c’est la patience. D’ailleurs, en anglais, la patience est aussi traduit par « long-suffering ».

Toujours l’apôtre Paul, dans 2 Timothée 3 :10-11 :

« Pour toi, tu as suivi de près mon enseignement, ma conduite, mes résolutions, ma foi, ma douceur, ma charité, ma constance, (11) mes persécutions, mes souffrances. A quelles souffrances n’ai-je pas été exposé à Antioche, à Icone, à Lystre ? Quelles persécutions n’ai-je pas supportées ? Et le Seigneur m’a délivré de toutes. »

Parlant de sa vie, l’apôtre mentionne sur la même liste ses persécutions et ses souffrances. C’est-à-dire qu’elles font partie de nos vies dans notre marche avec le Seigneur Jésus. La bonne nouvelle, c’est comment il termine sa phrase : le Seigneur m’a délivré de toutes.

Supportons toutes les persécutions, les afflictions, les souffrances car notre Seigneur nous en délivrera de toutes sans exception !

Terminons avec cette parole dans 1 Pierre 5 :9 :

« Résistez-lui avec une foi ferme, sachant que les mêmes souffrances sont imposées à vos frères dans le monde. »

Si tu souffres, tu es affligé d’une manière ou d’une autre, rassure-toi que cela ne soit pas à cause de tes fautes. Si c’est à cause de tes fautes, il faut réparer, se repentir devant Dieu, demander pardon etc. Sinon, si c’est à cause de Jésus, soit dans la joie parce que les mêmes souffrances sont imposées à nos frères dans le monde ! Et, les bonnes nouvelles sont que le Seigneur Jésus nous en délivrera de toutes, que la gloire que nous attend est supérieure à tout ce que nous expérimentons comme souffrance.

Alors, tiens ferme !

Cher tendre Père céleste, du plus profond de mon cœur je Te bénis pour cette série d’enseignements. Merci parce que Tu veux que j’aie la paix non pas seulement avec Toi, mais aussi avec moi-même.
Tu ne veux pas que mon cœur soit troublé, Tu ne veux pas que je sois culpabilisé, Tu veux que j’entre, que je jouisse et demeure dans le repos de tous côtés.
Ce repos avec moi-même, je le reçois, j’y entre, j’en jouis et j’y demeure !

Cher Saint-Esprit, accorde-moi la grâce de supporter les afflictions, les souffrances et les persécutions sur la route de ma marche chrétienne.
Pour Jésus, pour la Bonne Nouvelle, je ne reculerai pas, car je sais que Tu es Fidèle, et non pas seulement que Tu vas me délivrer de toutes mes souffrances, mais Tu me réserves aussi Ta gloire.
Merci cher tendre Père céleste, pour tout ce que Tu fais et que Tu as en réserve pour moi en dépit de tout ce que je vis et traverse maintenant !
Au nom merveilleux de Jésus, j’ai ainsi prié ! Amen, amen et amen !

C’est ici que nous terminons la 2ème facette du repos de tous côtés, le repos avec soi-même. J’espère que cette série te bénit ! N’hésite pas à nous faire un feed back, à partager avec nous ce que tu traverses, ton témoignage ! N’oublie pas de t’abonner si ce n’est pas encore fait ! Tu es invité à la sortie officielle de mon nouveau livre : Commencer sa nouvelle année avec Dieu. Clique dessus pour remplir le formulaire et prendre rendez-vous pour le dimanche 29 janvier 2023.

Une réponse

  1. Amen ! Merci Tendre Père pour cet enseignement sur la paix avec soi-même, je veux avoir une conscience pure, aide-moi à prier, à méditer Ta Parole, à haïr le mal et à supporter les persécutions par motif de conscience envers Toi Seigneur. Au Nom glorieux de Jésus-Christ, Amen!

Laisser un commentaire