J’oublierai toutes mes souffrances –5èmePartie : « Je rentre à la maison, à la maison de mon Père» (suite et fin)

Dieu fixe de nouveau un jour:
« Aujourd’hui, Dieu  dit : saches que puisque tu es toujours avec Lui à la maison et que tu Le sers, tout ce qui est à Lui est aussi à toi. »
(Luc 15 :31)

…Le retour du fils prodigue…

Lisons la Bible.

Luc 15 :25-30 :

« Or, le fils aîné était dans les champs. Lorsqu’il revint et approcha de la maison, il entendit la musique et les danses. Il appela un des serviteurs, et lui demanda ce que c’était. Ce serviteur lui dit: Ton frère est de retour, et, parce qu’il l’a retrouvé en bonne santé, ton père a tué le veau gras. Il se mit en colère, et ne voulut pas entrer. Son père sortit, et le pria d’entrer. Mais il répondit à son père: Voici, il y a tant d’années que je te sers, sans avoir jamais transgressé tes ordres, et jamais tu ne m’as donné un chevreau pour que je me réjouisse avec mes amis. Et quand ton fils est arrivé, celui qui a mangé ton bien avec des prostituées, c’est pour lui que tu as tué le veau gras! »

Le grand frère du fils prodigue, comme la Bible nous le décrit, n’était pas content du fait que son père ait organisé une fête pour son petit frère ; car pour lui, ce dernier avait gaspillé le bien de son père avec des prostituées. Cependant, il n’a même fait attention au fait que son frère était parti pour un pays lointain, que personne n’avait aucune de ses nouvelles, et que ce qui était plus important, ce n’était pas le bien matériel gaspillé mais sa vie qui est plus précieuse que tout ce qu’un homme peut gagner ici sur terre.

De nos jours, plusieurs personnes se préoccupent des biens matériels, des richesses, des postes, des fonctions ou des titres sans même s’occuper du salut des autres. L’on se réjouit de la chute des autres. Tu verras sur internet, même les enfants de Dieu publier, partager une histoire vraie ou fausse d’un homme de Dieu, d’un serviteur de Dieu qui aurait commis un forfait. Les chrétiens qui fêtent parce que l’un d’eux est tombé, une église s’est divisée, ou un pasteur a divorcé devraient plutôt être affligés et s’agenouiller, intercéder et soutenir dans la prière s’il n’y a pas possibilité de voir la personne concernée pour la réconforter de vive voix.  Pourtant, notre Seigneur Jésus nous a encore raconté une autre parabole du berger qui laisse les 99 brebis qu’il a afin d’aller chercher la seule qui était perdue. Lisons cela dans Matthieu 18 :12-14, la Bible nous dit :

« Que vous en semble? Si un homme a cent brebis, et que l’une d’elles s’égare, ne laisse-t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf autres sur les montagnes, pour aller chercher celle qui s’est égarée? Et, s’il la trouve, je vous le dis en vérité, elle lui cause plus de joie que les quatre-vingt-dix-neuf qui ne se sont pas égarées. De même, ce n’est pas la volonté de votre Père qui est dans les cieux qu’il se perde un seul de ces petits. »

Lorsqu’un chrétien, un enfant de Dieu retourne dans le monde, en Egypte, rétrograde, cela n’est pas du tout la volonté de Dieu. La volonté de Dieu est qu’aucun d’eux ne puisse se perdre.

Ce n’était que normal que ce papa puisse faire la fête. Retrouver ce que l’on a perdu apportera toujours plus de joie que ce que l’on n’a jamais perdu et qui est toujours là.

Les enfants de Dieu sont pris dans le piège du diable, dans l’égoïsme…si tu rencontres un frère ou une sœur, tout ce qu’il ou qu’elle a comme sujet de prière, c’est seulement son mariage, son travail, sa promotion. Toutes ces choses ne sont pas mauvaises, mais puisque Dieu regarde les cœurs et se rend compte qu’en vérité ce n’est Lui que tu cherches mais, c’est seulement ton mariage ou ton travail, Dieu ne sera pas obligé de te le donner. Dieu sait voir la sincérité de notre cœur. Si ton cœur n’est pas en Dieu, tu ne peux pas non plus recevoir de la part de Dieu. Nous devons adopter, embrasser le principe du service qui dans Matthieu 6 : 33. Accordez la priorité premièrement au Royaume des cieux et à la justice de Dieu. Si nous faisons ainsi, le reste nous sera donné par-dessus. Dieu n’est pas un menteur. S’il dit premièrement son royaume, c’est-à-dire premièrement son royaume.

Ce grand frère au lieu de se réjouir que son frère soit de retour à la maison, au contraire, il se fâche pour des bêtes choses. La colère n’arrange rien du tout. La colère souvent casse tout et ce n’est qu’après que l’on se rend compte de casses. Relisons encore ses propos :

« Il se mit en colère, et ne voulut pas entrer. Son père sortit, et le pria d’entrer. Mais il répondit à son père: Voici, il y a tant d’années que je te sers, sans avoir jamais transgressé tes ordres, et jamais tu ne m’as donné un chevreau pour que je me réjouisse avec mes amis. Et quand ton fils est arrivé, celui qui a mangé ton bien avec des prostituées, c’est pour lui que tu as tué le veau gras! »

  • Il s’est mis en colère
  • Il ne voulut pas entrer à la maison
  • C’est son père qui est sorti et qui lui a prié d’entrer

Et à lui de répliquer :

  • Il y a tant d’année que je te sers
  • Sans avoir transgressé tes ordres
  • Jamais tu ne m’as donné un chevreau pour que je me réjouisse avec mes amis
  • Et ton fils est arrivé….il n’a même pas dit son frère…c’est-à-dire qu’il n’a eu pour lui aucune considération, et ton fils est arrivé, celui qui a mangé ton bien avec des prostituées, c’est pour lui que tu as tué le veau gras !!!

Voyons la réponse de leur père et après, nous allons encore revenir tirer quelques leçons et clôturer cette partie.

Les versets 31-32, la Bible nous dit :

« Mon enfant, lui dit le père, tu es toujours avec moi, et tout ce que j’ai est à toi; mais il fallait bien s’égayer et se réjouir, parce que ton frère que voici était mort et qu’il est revenu à la vie, parce qu’il était perdu et qu’il est retrouvé. »

  • Mon enfant, tu es toujours avec moi
  • Tout ce que j’ai est à toi

Arrêtons-nous là. Ce grand frère, bien que dans la maison de son père, ne savait pas que le bien de son père lui appartenait aussi. Je ne sais pas, peut-être qu’il était de ceux qui attendent la mort de leur père afin de sauter sur ses biens. Il y a de tels enfants. Dans leur tête, ils attendent que leur père meurt afin qu’ils prennent possession de ses biens. Chaque enfant de Dieu ou serviteur de Dieu doit savoir qu’il a droit aux bénéfices, aux délices de sa maison. Mais si tu ne sais pas cela, tu vas continuer à servir sans rien avoir.

Ce grand frère bien qu’il servait son père, il n’était pas en intimité avec son père. Il cachait ses désirs et voilà que tout se manifeste en forme de colère et de jalousie à cause de ce que le père a offert à son petit frère. Il avait tout le droit auprès de son père mais ne savait pas du tout en jouir. C’est vrai qu’il servait son père, c’est vrai qu’il ne transgressait pas la loi de son père, cependant, ce qu’il désirait de son père, ce qui était à lui, il n’utilisait pas, il ne demandait pas.

Si tu es un enfant de Dieu, sache que tout ce que Dieu est à toi, je dis tout sauf rien. C’est vrai que le diable nous avait tout volé, mais le Seigneur Jésus-Christ était venu mourir à notre place afin de nous restaurer tout ce que l’ennemi nous avait volé.

Et le Seigneur Jésus est le chemin qui nous amène auprès du Père.

Il dit dans Jean 14 :6: « Jésus lui dit: Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. »

Aujourd’hui, pour revenir au Père céleste, il faut passer par le Seigneur Jésus-Christ. Je dis toujours, que s’il y a un chemin sur lequel il faut marcher, s’il y a une vérité que l’on doit connaître, s’il y a une vie que chacun d’entre nous doit vivre, est bien, c’est le Seigneur Jésus-Christ de Nazareth.

En dehors de Jésus, il n’y a pas d’autre chemin qui peut nous ramener au Père. Et en mourant pour nous, voici ce qu’Il a reçu pour nous dans Apocalypse 5 :12, la Bible nous dit :

« Ils disaient d’une voix forte: L’agneau qui a été immolé est digne de recevoir la puissance, la richesse, la sagesse, la force, l’honneur, la gloire, et la louange. »

Si tu reviens au Père, c’est ce qui t’attend. Le Seigneur Jésus au ciel n’a que faire de la puissance, la richesse, la sagesse, la force, l’honneur, la gloire et de la louange. A la place de la louange, d’autres versions mettent bénédictions. C’est ici sur terre que nous avons besoin de tout cela. Cependant, à une seule condition, revenir auprès du Père céleste.

Je ne sais pas combien tu es allé loin de Dieu, je ne sais pas combien tu es resté servir des années ne sachant pas que ce qui est à Dieu, ce qui est à ton Père céleste est à toi, il est temps de tout harmonisé et cela fera que nous puissions oublier toutes nos souffrances.


Aidons-les à étudier cette année. Participe au projet d’aider à la scolarisation des enfants délaissés. Clique ici ou sur l’image. Enfin…c’est cette semaine la descente. Aidons-les-à-étudier

Une réponse sur « J’oublierai toutes mes souffrances –5èmePartie : « Je rentre à la maison, à la maison de mon Père» (suite et fin) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.