Shalom mes bien-aimés !
Que la paix de Dieu qui surpasse toute intelligence et sa joie ineffable remplissent vos cœurs dans le glorieux nom de Jésus-Christ.

2ème Partie : Où trouver cette joie pour nos cœurs afin de jouir de ce bon remède ?

Ce point sera placé avant les autres sources pour faire une bonne suite. C’est hier, pendant que j’écrivais sur les autres points que le Saint-Esprit me l’a enseigné. Parce que Dieu nous remplit de joie, parce que le Seigneur Jésus nous donne sa joie parfaite, parce que le Saint-Esprit déverse la joie dans nos cœurs, parce que la parole de Dieu fait la joie dans nos cœurs, parce que la joie des autres existent, c’est-à-dire que nous aussi, naturellement, nous pouvons devenir une source de joie.

En remuant la joie de Dieu en nous, nous ferons jaillir la joie de Dieu dans nos propres cœurs ainsi que dans les cœurs des autres.

Ce passage de 2 Corinthiens 2 :3 et tous les autres passages du dernier point des autres sources nous l’explique bien. L’apôtre Paul dit :
« J’ai écrit comme je l’ai fait pour ne pas éprouver, à mon arrivée, de la tristesse de la part de ceux qui devaient me donner de la joie, ayant en vous tous cette confiance que ma joie est la vôtre à tous. »

Nous voyons ici d’une part ceux qui devaient donner la joie à Paul c’est-à-dire que ces derniers devaient être de sources de bénédictions pour lui, malheureusement, ils ont été une source de tristesse et de l’autre la joie de Paul était la leur à tous.

Voyons encore 2 Corinthiens 7 :13 :
« C’est pourquoi nous avons été consolés. Mais, outre notre consolation, nous avons été réjouis beaucoup plus encore par la joie de Tite, dont l’esprit a été tranquillisé par vous tous. »

Nous avons été réjouis beaucoup plus encore par la joie de Tite. Ce qui revient à dire que s’il n’y avait pas la joie de Tite, ils n’allaient pas non plus se réjouir.

C’est ainsi que dans plusieurs passages, les apôtres nous commandent d’être dans la joie, de nous réjouir.

Il y a réjouir et se réjouir. Se réjouir, c’est éprouver de la joie et réjouir, c’est donner de la joie. De la même manière que l’on peut s’attrister ou attrister les autres, nous pouvons aussi nous réjouir et réjouir les autres.

Comment et pourquoi se réjouir ?

Parce qu’il est possible aussi de se réjouir dans le mal. Ce n’est pas de cela auquel nous faisons allusion dans ce point.

Ci-dessous quelques raisons de pourquoi se réjouir :

C’est l’un de plus grand sujet de nous de réjouir. Peu importe ce que je vis, ce qui se passe autour de moi, mes défis, mes combats, mes difficultés, mes souffrances, je sais une chose, mon nom est écrit dans les cieux. Cette connaissance suffit pour me communiquer la joie. Et une fois que la joie de Dieu est dans mon cœur, ce dernier fait son œuvre d’être un bon remède.

Le Seigneur Jésus dit aux disciples dans Luc 10 :20 :
« Cependant, ne vous réjouissez pas de ce que les esprits vous sont soumis ; mais réjouissez-vous de ce que vos noms sont inscrits dans les cieux. »

Ici, il y a même deux sujets de réjouissance, mais le Seigneur Jésus pointe à celui qui est plus important. C’est vrai, les esprits vous sont soumis, mais ce n’est pas cela qui doit vous réjouir le plus. Réjouissez-vous surtout de ce que vos noms sont inscrits dans les cieux. Parce que, si nos noms ne sont pas écrits dans les cieux, peu importe la soumission des esprits, nous sommes perdus.

Sur cette terre, les gens font beaucoup des choses pour gagner leur vie et s’offrir des certaines récompenses. Cependant, pour nous qui sommes enfants de Dieu, peu importe ce que nous pouvons avoir comme récompense ici-bas, il y a une grande récompense qui nous attend au ciel. Cette connaissance est importante pour nous réjouir nos cœurs.

Le Seigneur Jésus dit dans Matthieu 5 :12 :
« Réjouissez-vous et soyez dans l’allégresse, parce que votre récompense sera grande dans les cieux ; car c’est ainsi que l’on a persécuté les prophètes qui ont été avant vous. »

Rappelons-nous de la question et du point que j’ai soulevé dans le point où l’on a parlé d’autres sources de joie. Les épreuves sont quelques choses qui ne peuvent pas naturellement nous réjouir, mais lorsqu’on les verra, nous devons nous réjouir. C’est la même chose ici quand le Seigneur Jésus dit que nous devons nous réjouir et être dans l’allégresse quand nous sommes persécutés. Peu importe les persécutions, les épreuves, ne nous attristons pas. Au contraire, soyons dans la joie. Ne voyons pas les épreuves mais les bonnes choses qui se cachent derrière les épreuves, les grandes récompenses.

Le désespoir vole notre joie ! La foi étant une ferme assurance de choses qu’on espère et une démonstration de celle que l’on ne voit pas, parce que nous espérons, même nous n’avons encore rien, nous ne voyons encore rien, nous devons nous réjouir.

L’apôtre Paul dit dans Romains 12 :12 :
« Réjouissez-vous en espérance. Soyez patients dans l’affliction. Persévérez dans la prière. »

Voir les autres évoluer, monter, promus, favorisés, bénis, peut être la source de la jalousie qui dans la suite peut produire la méchanceté la sorcellerie etc. Lorsque notre tour n’est pas encore arrivé mais que c’est le tour des autres, nous ne devons ni les convoiter, ni les jalouser, mais plutôt nous réjouir avec eux parce que notre tour aussi arrive.

Toujours dans Romains 12, cette fois-ci au verset 15, il est écrit :
« Réjouissez-vous avec ceux qui se réjouissent ; pleurez avec ceux qui pleurent. »

Lorsque nous réalisons tous les bénéfices de notre rédemption, de notre salut en Jésus-Christ, nous ne pouvons que nous réjouir. C’est ainsi que l’apôtre Paul n’a cessé de le répéter dans ses épîtres.

Dans Philippiens 3 :1, il dit :
« Au reste, mes frères, réjouissez-vous dans le Seigneur. Je ne me lasse point de vous écrire les mêmes choses, et pour vous cela est salutaire. »

Il le dit encore toujours dans Philippiens 4 :4 :
« Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur ; je le répète, réjouissez-vous. »

L’apôtre Pierre le dit encore d’une autre manière qui va encore nous faire mieux comprendre dans 1 Pierre 4 :13 :
« Réjouissez-vous, au contraire, de la part que vous avez aux souffrances de Christ, afin que vous soyez aussi dans la joie et dans l’allégresse lorsque sa gloire apparaîtra. »

Naturellement, comme nous l’avons dit plus haut, les persécutions, les épreuves, la souffrance peuvent nous faire pleurer, attrister, mais pour nous les enfants de Dieu, nous devons nous réjouir. En nous réjouissant, nous frayons le chemin d’entrer dans la joie et l’allégresse lorsque la gloire du Seigneur apparaîtra. La gloire de Dieu ici normalement fait allusion à son avènement mais la gloire de Dieu peut aussi éclater dans chacune de nos situations.

C’est-à-dire que s’il y a une situation qui naturellement peu me faire pleurer, mais à cause de mon Seigneur Jésus, de Son œuvre à la croix en ma faveur, je refuse de me plaindre, de pleurer, de me lamenter, au contraire je me réjouis, quand le Seigneur me sortira de ce problème-là, parce qu’en me réjouissant j’aurais créé un environnement propice à la manifestation de Sa gloire, je me réjouirai non pas cette fois-ci de la joie des épreuves, mais plutôt la joie de la victoire, du triomphe, de la guérison, de la promotion, du mariage, des enfants, de l’avancement etc.

Quand nous nous réjouissons, nous remuons la joie de Dieu en nous à cause de diverses raisons que nous avons mentionnées et devenons nous aussi une source de joie pour ceux qui sont autour de nous.

Je vous vois vous réjouir en dépit de tout ce que vous expérimenter maintenant ! Vous ne verserez plus de larmes de tristesse ! Vous ne vous lamenterez plus ! Vous ne vous soucierez plus ! Que la joie de Dieu inonde votre cœur et se répande autour de vous au nom puissant de Jésus.

Croyez-vous en cela ?

Que Dieu vous bénisse et vous comble de Ses bienfaits au nom glorieux de Jésus-Christ. Amen, amen, amen. A demain pour la suite.


Une réponse

  1. Amen! Merci pour Ta Parole tendre Père, merci pour Ta joie abondante dans mon cœur par Ton Esprit qui fait de moi une source de joie pour les autres autour de moi, je veux rester dans Ta présence, accorde moi cette grâce Seigneur.

Laisser un commentaire