Shalom mes bien-aimés !
Que la paix de Dieu qui surpasse toute intelligence et sa joie ineffable remplissent vos cœurs dans le glorieux nom de Jésus-Christ.

Nous sommes toujours dans notre 2ème partie où nous répondons à question Où trouver cette joie pour nos cœurs afin de jouir de ce bon remède ? Nous avons vu que la Parole de Dieu est la source de la joie pour nos cœurs. Raison pour laquelle nous devons les recueillir et les dévorer. Nous avons commencé à parler de deux pièges dans lesquels nous devons faire attention de ne pas tomber, nous avons vu que nous ne devons pas méditer sur nos problèmes. Et maintenant, nous voyons le second piège, celui de…

Plusieurs personnes y compris des enfants de Dieu tombent dans ce piège, croyant que Dieu est la source de leurs problèmes, de ce qui leur arrive. C’est qui peut être dans certains cas, je dis bien, dans certains cas lorsque Dieu nous met par exemple à l’épreuve. Dieu n’est pas l’auteur du mal, de nos maladies, de nos problèmes.

Il y a une Parole que plusieurs chrétiens mentionnent, par exemple lorsqu’ils perdent un être cher. C’est dans Job 1 :21, la dernière partie :
« et dit : Je suis sorti nu du sein de ma mère, et nu je retournerai dans le sein de la terre. L’Eternel a donné, et l’Eternel a ôté; que le nom de l’Eternel soit béni ! »

Est-ce l’Eternel qui avait ôté ? Non ! Pas du tout, c’était l’œuvre du diable en personne. Pour Job, c’était Dieu qui était à la base. Sa femme aussi pensait de la même manière. C’est ainsi qu’il le propose de maudire Dieu et de mourir. Lisons cela dans Job 2 :7-10 :

« Et Satan se retira de devant la face de l’Eternel. Puis il frappa Job d’un ulcère malin, depuis la plante du pied jusqu’au sommet de la tête. (8) Et Job prit un tesson pour se gratter et s’assit sur la cendre. (9) Sa femme lui dit : Tu demeures ferme dans ton intégrité ! Maudis Dieu, et meurs ! (10) Mais Job lui répondit : Tu parles comme une femme insensée. Quoi ! nous recevons de Dieu le bien, et nous ne recevrions pas aussi le mal ! En tout cela Job ne pécha point par ses lèvres. »

Job pensait que nous pouvions recevoir de Dieu le bien ainsi que le mal ! Quelle erreur ! Lorsqu’on se retrouve dans pareille situation, on devient une proie facile pour l’ennemi. Imaginons un seul instant que Job avait maudit Dieu comme sa femme lui avait suggéré ? Peut-être qu’il allait mourir, qui sait. Alors qu’après ces moments d’épreuves, de combats, Dieu avait restauré Job dans son premier état et lui avait accordé le double de tout ce qu’il avait comme bénédictions. La Bible rajoute qu’après cela, Job a vécu 140 ans.

Quand nous pensons que Dieu est la source de nos problèmes, d’emblée, nous ne verrons plus l’ennemi. Dans aucun de ses discours, Job n’a mentionné l’ennemi. Il est très dangereux de faire passer Dieu pour notre ennemi. Nous risquons de combattre la mauvaise personne. Nous risquons d’avoir une mauvaise attitude face à la Seule personne qui est capable de nous restaurer, de nous guérir, de nous délivrer.

Quand nous pensons que Dieu est la source de nos problèmes, les doutes s’installeront, notre foi sera affectée. Et pourtant, sans la foi, nous ne pouvons pas du tout être agréables à Dieu. C’est comme dans le passage que nous avions lu de Lamentations de Jérémie. Ce dernier, à cause de ce qu’il traversait, disait carrément que c’est Dieu qui en était l’auteur, alors que Dieu n’y était pour rien.

Lisons ce merveilleux passage de Jacques 1 :17 :
« toute grâce excellente et tout don parfait descendent d’en haut, du Père des lumières, chez lequel il n’y a ni changement ni ombre de variation. »

La maladie n’est pas une grâce excellente ni un don parfait, de même que tout ce que nous rencontrons comme problèmes, difficultés et défis dans la vie. De notre Abba, le Père des lumières descendent toute grâce excellente et tout don parfait. Ce qui est encore intéressant est que notre Abba ne change pas. Chez Lui, il n’y a ni changement ni ombre de variation, ce qui veut dire que le mal ne viendra jamais de Lui.

Quand nous pensons que Dieu est la source de nos problèmes, c’est le doute qui s’installera.

Rappelons-nous de Jean Baptiste. Ce dernier a vu le Saint-Esprit descendre sur le Seigneur Jésus lors de son baptême, il l’a même présenté comme l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde, mais une fois dans les problèmes, il a commencé à douter du Seigneur Jésus. Son doute était si grand qu’il a envoyé ses disciples aller demander au Seigneur Jésus si c’est Lui qui devait vraiment venir ou s’ils devaient attendre un autre messie. Quelle était la fin de Jean-Baptiste ? Il a été décapité !

Regardons ce que Jacques 1 :6-7 nous dit :
« Mais qu’il la demande avec foi, sans douter; car celui qui doute est semblable au flot de la mer, agité par le vent et poussé de côté et d’autre. (7) Qu’un tel homme ne s’imagine pas qu’il recevra quelque chose du Seigneur »

Une personne qui doute est comme le flot de la mer et qui est agité par le vent et poussé de côté et d’autre. La Bible dit qu’un tel homme ne s’imagine pas qu’il recevra quelque chose du Seigneur.

Voyez-vous dans quelle mauvaise posture les doutes peuvent nous placer ?

Sachons que Dieu n’a pour nous que des projets de paix et non de malheur afin de nous donner un avenir, une espérance. Dieu n’a pas de projets de malheur pour qui que ce soit. Même quand Il nous met à l’œuvre, Il ne permet pas que nous soyons tentés au-delà de nos forces.

L’apôtre Paul nous apprend dans Romains 8 :31 :
« Que dirons-nous donc à l’égard de ces choses ? Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? »

Certainement que personne ne pourra être contre nous. Mais, si nous posons la même questions à l’inverse. Si Dieu est contre nous, qui sera pour nous ?

Ne laissons pas, ne permettrons pas à l’ennemi de nous tourner contre le Dieu de notre salut par des faux raisonnements. Tout ce que Dieu veut, c’est nous faire du bien, c’est nous sauver, c’est faire prospérer. Le Seigneur Jésus dans Jean 10 :10, parle du passage de l’ennemi qui ne vient que pour dérober, égorger et détruire, mais, Lui est venu afin que nous ayons la vie et que nous soyons dans l’abondance.

N’est-ce pas que c’est glorieux ?

Alors, faisons attention à ces pièges de l’ennemi. Nous prions que le Seigneur nous en préserve, au nom puissant de Jésus-Christ.

Que Dieu vous bénisse et à très bientôt.

2 réponses

  1. Amen! Merci tendre Père, je confirme que Tu as pour nous que des projets de paix et de bonheur afin de nous donner un avenir et une espérance et que toutes Tes bénédictions enrichissent, Tu ne les fait suivre d’aucun chagrin. C’est donc une erreur de T’attribuer tout malheur qui nous arrive car l’ennemi en profitera… Même lorsque Tu nous mets à l’épreuve, Tu ne nous fait jamais mal, je me souviens de notre père Abraham, Tu as des limites… Je me dis, c’est important de regarder nos vies, avons-nous ouvert la porte à l’ennemi ?.. merci pour cette belle exhortation Apôtre Wisdom, demeurez béni !

  2. Shalom,

    Effectivement, Dieu peut être la cause pour nous mettre à l’épreuve, il y a aussi les actes que nous posons, les décisions basés sur nos propres émotions charnelles qui ne sont pas basés sur La Parole de Dieu, ne nous étonnons pas quand les épreuves surviens.
    Peut importe l’épreuve que nous traversons faisons confiance « Le bon remède c’est Dieu ».

    Blessing et demeurer béni.

Laisser un commentaire