J’oublierai toutes mes souffrances – 6ème Partie : « Le rétablissement de ton premier état » (suite b)

Dieu fixe de nouveau un jour:
« Aujourd’hui, Dieu dit que de même que ta douleur est grande aujourd’hui, de même ta prospérité sera grande demain. » (Job 2 :12 ; 8 :7)

 « Qu’elle était l’erreur de Job ?
Qu’est-ce que Job savait ?
Qu’est-ce que Job ignorait ?
Et que pensait Job de cette adversité ?

Dans cette partie nous allons voir quel était la plus grande erreur de Job dans tout ce qui lui est arrivé et bien qu’il soit un homme intègre, qui craignait Dieu et qui se détournait du mal. Dieu a témoigné cela plusieurs fois même auprès de l’ennemi satan.

Nous allons voir cela en répondant aux trois questions ci-dessus.

  1. Qu’est-ce que Job savait ?

Job savait très bien que tout ce qu’il possédait n’était que le fruit de la bénédiction de Dieu dans sa vie. Parce qu’une personne ne peut jamais s’étendre, se multiplier dans tous les aspects de sa vie sans la bénédiction de Dieu. Même le diable l’a témoigné lorsqu’il a dit à Dieu, n’est pas que Tu l’as béni et que ses troupeaux remplis tout le pays. Job avait du business dans tout le pays et lui-même savait que tout cela lui avait été donné par Dieu.

Au chapitre 29, écoute ce qu’il dit du verset 1er au 6ème, la Bible dit :

« Job prit de nouveau la parole sous forme sentencieuse et dit: Oh! que ne puis-je être comme aux mois du passé, comme aux jours où Dieu me gardait, quand sa lampe brillait sur ma tête,
Et que sa lumière me guidait dans les ténèbres! Que ne suis-je comme aux jours de ma vigueur, où Dieu veillait en ami sur ma tente, quand le Tout-Puissant était encore avec moi, et que mes enfants m’entouraient; quand mes pieds se baignaient dans la crème et que le rocher répandait près de moi des ruisseaux d’huile! »

Job reconnait que c’est Dieu qui le gardait, que Dieu se révélait à lui par Sa Parole. Ecoute quand il dit que la lampe de Dieu brillait sur sa tête, et que sa lumière le guidait dans les ténèbres ? C’est juste comme le Psaume 119 :105, qui dit : « Ta Parole est une lampe à mes pieds et une lumière sur mon sentier ».

Puisqu’il craignait Dieu, en retour Dieu veillait en ami sur sa tente. L’amitié de Dieu est pour ceux qui Le craignent.

Cependant, si tu regardes bien ces écrits, tu vas te rendre compte que Job ne parle qu’au passé. Il parle des jours où tout allait bien pour lui…mais maintenant ? Plus rien ne marche. Je viens de découvrir d’autres choses dans ce livre de Job par la grâce de Dieu, je pourrai partager avec vous dans ce que je vais intituler : « Job : L’Adversité dans l’Intégrité – Que Mon Rédempteur se lève maintenant ! » Merci de prier pour moi pour que j’arrive à le faire avant la fin de cette année. Je parie que nous en serons richement bénis.

C’est une bonne chose de reconnaître la main de Dieu dans Sa vie. Mais cela ne doit pas être seulement quand tout va bien. Dieu doit être reconnu dans notre vie peu importe les circonstances.

Job reconnaissait Dieu et c’est pour cela qu’il avait coutume de sanctifier ses enfants, d’offrir des holocaustes pour chacun d’entre eux pendant leurs fêtes parce qu’il se disait que peut être l’un d’entre eux aurait péché contre Dieu dans son cœur. (Job 1 :5) Ce qui sous-entend que Job était sûr de sa vie, de sa relation avec Dieu mais n’étant pas sûr de la vie de ses enfants, il s’assurait de tous les sanctifier.

  1. Qu’est-ce que Job ignorait ?

L’ignorance !!!! L’ignorance !!!! Voilà le problème de plusieurs enfants de Dieu. La Bible ne dit nulle part que le peuple de Dieu est détruit parce que ses ennemis sont plus puissants, plus forts, jamais ! Le peuple de Dieu périt, va en captivité, meurt, souffre à cause de l’ignorance. (Osée 4 :6)

Job ignorait que c’était l’ennemi, le diable qui était derrière tout ce qui lui arrivait. C’est vrai que Job au début a gardé une bonne attitude envers Dieu en repoussant le péché pas de ses lèvres, en ne disant rien d’injuste contre Dieu, même si il pensait que c’est Dieu qui avait tout repris.

Pourtant la Bible dit que Dieu ne se repent de ses dons. (Romains 11 :29) Et comme nous avions vu dans la partie précédente que Dieu n’avait aucun intérêt à nous faire du mal, à nous voler, à nous détruire, à nous perdre, nous Ses enfants. Dieu n’a jamais été voleur. Il n’y a qu’un seul voleur universel, le diable. C’est pour cela que la plus grande prison en feu, qu’on appelle enfer lui a été réservé.

Lisons la Bible.

Job 1 :20-21, il est écrit :

« Alors Job se leva, déchira son manteau, et se rasa la tête; puis, se jetant par terre, il se prosterna, et dit: Je suis sorti nu du sein de ma mère, et nu je retournerai dans le sein de la terre. L’Éternel a donné, et l’Éternel a ôté; que le nom de l’Éternel soit béni! »

La Bible ne mentionne nulle part, que c’est Dieu qui avait enlevé ce qui était à Job. C’était le diable ! Le diable en personne ! Lorsqu’il a eu l’opportunité, l’autorisation de Dieu, il n’a pas attendu un instant de plus pour détruire les biens de Job !

Lisons encore le chapitre 2, le verset 7 dit :

« Et Satan se retira de devant la face de l’Éternel. Puis il frappa Job d’un ulcère malin, depuis la plante du pied jusqu’au sommet de la tête. »

Dis-moi ? Qui a frappé Job ? Est-ce que c’est Dieu ? C’est qui ? C’est le diable.

Et voyons comment Job le prit lorsque sa femme lui avait dit de maudire Dieu et de mourir aux versets 9 et 10 :

« Sa femme lui dit: Tu demeures ferme dans ton intégrité! Maudis Dieu, et meurs! Mais Job lui répondit: Tu parles comme une femme insensée. Quoi! Nous recevons de Dieu le bien, et nous ne recevrions pas aussi le mal! En tout cela Job ne pécha point par ses lèvres. »

Job déclare de sa bouche que nous pouvons aussi recevoir la malédiction de Dieu !!! C’est inconcevable !!! Parlons d’une manière humaine en tant que parents, qui peut, pour punir son enfant lui infliger une maladie par exemple ?

Que nous dit la Bible à propos ?

Le Seigneur Jésus Lui-même dans Luc 11 :10-13 :

« Quel est parmi vous le père qui donnera une pierre à son fils, s’il lui demande du pain? Ou, s’il demande un poisson, lui donnera-t-il un serpent au lieu d’un poisson? Ou, s’il demande un œuf, lui donnera-t-il un scorpion? Si donc, méchants comme vous l’êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison le Père céleste donnera-t-il le Saint-Esprit à ceux qui le lui demandent. »

Pourquoi on commence par les choses physiques pour parler du Saint-Esprit à la fin ? Quel rapport voulait faire le Seigneur Jésus entre le pain, le poisson, l’œuf, les bonnes choses et le Saint-Esprit ? C’est tout simplement parce que le Saint-Esprit ne nous donne pas seulement les dons spirituels, le fruit de l’Esprit, mais le Saint-Esprit nous donne aussi tout ce dont nous avons besoin pour notre vie.

Rappelle-toi de ce que dit 1 Corinthiens 2, le verset 9 et 12, la Bible nous parle des choses que l’œil n’a point vues, que l’oreille n’a point entendues, qui ne sont pas montées dans le cœur de l’homme, les choses que Dieu a réservées pour ceux qui L’aiment…et le verset 12 parle des choses que Dieu nous a donné par Sa grâce mais que nous connaissons grâce au Saint-Esprit.

L’apôtre Jacques dit encore quelque chose d’intéressant là-dessus dans Jacques 1 :16-17, la Bible nous dit :

« Ne vous y trompez pas, mes frères bien-aimés: toute grâce excellente et tout don parfait descendent d’en haut, du Père des lumières, chez lequel il n’y a ni changement ni ombre de variation. »

Ce qui est bon, c’est ce qui vient de Dieu. Tout ce qui n’est pas bon ne vient pas de Dieu. Job, comme Jacques nous renseigne sur la question, il se trompait tout simplement. Le mal ne peut jamais provenir de Dieu.

Tout ce qui n’est pas bon dans ta vie, tout ce qui est mauvais dans ta vie ne vient pas de Dieu. Dieu n’est pas l’auteur du mal. Surtout pas dans la vie de Ses enfants, de ceux qui craignent son nom.

Job ne savait pas que l’adversité qui lui arrivait était le fait que Dieu se vantait de son intégrité, du fait qu’il craignait Dieu et se détournait du mal. Comment Dieu peut-il se vanter de toi, être fier de toi et te détruire en même temps ? C’est absurde de penser ainsi. Hélas, plusieurs personnes ont la même pensée : de dire que ce que nous vivons, c’est de la faute de Dieu. C’est Dieu qui veut que nous puissions vivre ceci ou cela.

  1. Qu’est-ce que Job pensait dans cette adversité

Nous avons déjà donné quelque réponse dans ce que nous venons de dire plus haut, que Job pensait que c’est Dieu qui avait tout ôté, qu’il était possible de recevoir du mal de la part de Dieu, ce qui était faux.

La souffrance de Job était si atroce qu’il l’attribuait exclusivement Dieu. Cette manière de penser n’était pas à 100% contre Job parce que ce dernier, du fait que Dieu était avant son ami et qu’Il est le Tout-Puissant, il était sûr et certain que vu tout ce dont il jouissait venait de Dieu vu son intégrité que personne ne pouvait lui faire du mal. Job était certain que personne d’autre hormis Dieu ne pouvait le faire tomber aussi bas. C’est pourquoi, il attribuait ces souffrances à Dieu. Il était loin d’imaginer que c’était plutôt l’ennemi.

…Job était devenu méconnaissable…

Lisons Job 2 :12-13, il est écrit :

« Ayant de loin porté les regards sur lui, ils ne le reconnurent pas, et ils élevèrent la voix et pleurèrent. Ils déchirèrent leurs manteaux, et ils jetèrent de la poussière en l’air au-dessus de leur tête. Et ils se tinrent assis à terre auprès de lui sept jours et sept nuits, sans lui dire une parole, car ils voyaient combien sa douleur était grande. »

Le temps de la souffrance de Job durait tellement que Job commençait à désespérer. La Bible ne nous dit pas combien de temps s’est écoulé entre le temps où Job a tout perdu et le temps où il a été frappé par la maladie et entre ce temps et quand ses amis sont venus le visiter. C’est-à-dire que Job avait passé pas mal du temps dans cette souffrance.

Quand ses amis sont arrivés, ils se sont assis par terre auprès de lui sept jours et sept nuit, sans lui dire un mot, car ils voyaient combien sa douleur était grande.

Au chapitre 3, Job a commencé à maudire le jour de sa naissance. Il a donné tous les noms d’oiseaux à son jour de sa naissance.

Pourquoi ? Parce qu’ils pensaient que c’est Dieu qui était l’auteur de ses souffrances.

Que devons-nous conclure ?

En prenant en compte ce que nous avons lu dans le chapitre 29 à savoir que Dieu était l’ami de Job, curieusement pendant toute cette période de la vie de Job, on a l’impression que Dieu est resté silencieux…le silence de Dieu n’est pas un abandon de Sa part. Lorsque Dieu garde silence cela ne veut pas dire qu’Il t’abandonne ou qu’Il soit incapable de résoudre ton problème.

Lorsque nous faisons face à l’adversité, si nous marchons et demeurons dans l’intégrité sachons que Dieu a le contrôle de la situation et que rien ni personne ne peut toucher ta vie. Si tu as encore le souffle de vie en toi, sache qu’il y a encore de l’espoir dans notre vie. Cesse d’être négatif, de chercher les sorciers, les ennemis, les personnes à blâmer. Tu dois rechercher Dieu, parce que c’est Lui qui a le dernier mot. Peu importe ta situation, ne dépense pas ton temps dans le deuil, dans les pleurs, cela ne va rien te rapporter. Ne dépense pas non plus ton temps à discuter et à chercher à te justifier à cause des on dit des gens autour de toi. Car n’oublie pas, ce que le diable cherche, c’est de pouvoir te maintenir dans la souffrance, non pas seulement t’y maintenir mais plus encore te pousser à te révolter contre Dieu.

Plusieurs personnes doivent s’humilier et demander pardon, parce que tout ce qu’elles font, c’est d’accuser Dieu. Pourquoi est-ce que Dieu fait ceci, pourquoi est-ce que Dieu fait cela. Pourquoi cette chose n’arrive qu’à moi ? Et pourtant j’ai consacré toute ma jeunesse à servir Dieu. Comment puis-je me retrouver dans toutes ces difficultés ? Sache que Job était aussi intègre, qu’il craignait Dieu, qu’il se détournait du mal au point où même Dieu le vantait auprès du diable. Est-ce que Dieu peut-il se taper la poitrine à cause de ta manière de vivre dans la sainteté, comme il l’avait fait pour Job ? Peut-être même que ce que tu vis n’est pas le un millième de ce qu’avait vécu Job.

Dans la partie suivante, nous verrons :

« …La faiblesse de Job et la solution prise pour sa restauration »

2 réponses sur « J’oublierai toutes mes souffrances – 6ème Partie : « Le rétablissement de ton premier état » (suite b) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.