Avec Dieu nous ferons des exploits – Chapitre 6 : En route vers une vie d’exploits !

Dieu fixe de nouveau un jour:
« Aujourd’hui, Dieu me dit de te dire qu’Il ne va utiliser que ce que tu as en main pour en faire un instrument des signes et merveilles. » (Exode 4 :2-4) 

Bonjour bien-aimé(e)! Que le Seigneur notre Dieu, notre Créateur et notre cher tendre Père céleste te bénisse et te comble de Ses bienfaits dans le précieux nom de Jésus-Christ notre Seigneur et Sauveur. Dans ce 6ème chapitre, nous serons encore plus édifiés et nous croyons qu’aucun d’entre nous ne manquera de mener une vie d’exploits avec Dieu! Avec tout ce que nous venons de voir depuis que ces enseignements ont commencé, je vais commencer par te rappeler ceci, tu ne peux pas mener une vie d’exploits par hasard. Tu dois premièrement connaître ton appel, le plan de Dieu pour ta vie. Dans quel domaine est-ce que Dieu t’appelle à marcher pour lui ?

Exode 3 que nous avons vu avant-hier nous donne tous les éléments de l’analyse d’une vision. Note que la vision est tout simplement la révélation du plan de Dieu pour ta vie.

La réussite de l’accomplissement de cette vision est garantie par l’accompagnement ou le soutien du Donneur de la vision, c’est-à-dire de Dieu. Dieu nous donne toutes les informations possibles par rapport au lieu où nous devons aller, le moment où il faut y aller, qu’est-ce qu’il faut faire, comment il faut le faire avec quel outil ?

Au chapitre 4, la première partie qui va du verset 1 au verset 17, Dieu nous assure qu’il ne s’agit pas de notre effort personnel ou de nos capacités humaines. L’état dans lequel Dieu nous rencontre et veut nous envoyer ne constitue pas un motif pour refuser de répondre à Son appel. Le fait de ne pas être qualifié en se regardant soi-même n’empêche nullement Dieu de pouvoir nous utiliser. C’est pour cela que nous avons dit que notre handicap n’en est pas un pour  Dieu.

Si Dieu te demande de faire quelque chose en Son nom, ne regarde pas tes qualifications naturelles, tes différents diplômes mais ce dont tu as besoin c’est tout simplement l’obéissance et la soumission à Dieu.

Le Retour de Moïse en Egypte

Considérons maintenant la dernière partie du chapitre 4, du verset 18 au 31. Bien aimé(e), peu importe ce que tu n’as pu accomplir  par tes propres forces, si  cela est en accord avec le plan de Dieu pour ta vie, si tu parviens à Le rencontrer, sache que Dieu est capable de te donner l’outil nécessaire afin que tu accomplisses ta mission.

A considérer la vie de Moïse, nous allons  remarquer que ce qu’il faisait chez son beau-père était juste comme un passe-temps, ou comme on dit, à défaut de mieux cependant, Dieu préparait Moïse afin qu’à la suite il devienne berger de Son troupeau.

J’aime à dire aux jeunes gens ou aux personnes que je rencontre que les choses que nous faisons de temps en temps, par moment semblent juste être de passe-temps, mais en réalité, Dieu les utilise afin de nous préparer à entrer dans la vraie chose qu’Il a préparée pour nous.
Ainsi dirait, tout ce que tu fais maintenant te prépare à ce que tu feras demain.

Ne néglige pas ce que tu fais maintenant. Quand tu regardes l’histoire de Moïse, lorsqu’il est allé tuer les égyptiens, ce n’est pas Dieu qui l’avait envoyé. Quand il est allé chez Jéthro et a commencé à paître ses troupeaux, ce n’est pas Dieu qui le lui avait demandé. Mais lorsque tu mets tous ces faits ensemble tu te rends compte qu’il a fallu que Moïse quitte l’Égypte pour se retrouver dans le pays de Madian et là apprendre le métier de Berger.

Ce que je vais dire par là est qu’en Moïse, il y avait déjà le plan de Dieu tout tracé sauf que lui-même ne le savait pas.

Regarde dans ta vie, si tu réfléchis bien, tu considères certains événements qui ont lieu dans ta vie, certaines décisions que tu as pris sans le savoir, certains de tes choix ou des personnes que tu as rencontrées comme amis ou ennemis, c’est comme si tout devait se faire comme cela s’est fait. Je ne sais pas si tu arrives à saisir ce que je veux dire. C’est-à-dire que de fois, nous entrons dans le plan de Dieu sans le savoir par nous-mêmes. Comment ? Pourquoi ? Parce que Dieu place en nous ce dont nous avons besoin pour notre accomplissement sur terre. Ainsi, ce qu’Il a mis en nous comme talents, comme capacités nous poussent à faire des choses qui tendent vers ce qu’Il a planifié pour nous.
Toutefois, c’est notre rencontre avec Lui qui vient renforcer cela, qui vient donner un vrai sens à ce que nous sommes et devons faire réellement. Notre rencontre avec Dieu nous permet d’avoir sur nous et ce que nous avons comme outil de travail l’onction de Dieu. Dieu s’implique dans ce que nous faisons. Dieu devient notre partenaire.

C’est comme :

La verge de Moïse

Lorsque tu lis le verset 2 à 4 du chapitre 4 d’Exode, la Bible nous dit ceci :
« L’Éternel lui dit: Qu’y a-t-il dans ta main? Il répondit: Une verge. L’Éternel dit: Jette-la par terre. Il la jeta par terre, et elle devint un serpent. Moïse fuyait devant lui. L’Éternel dit à Moïse: Étends ta main, et saisis-le par la queue. Il étendit la main et le saisit et le serpent redevint une verge dans sa main. »

Dieu n’a pas fait tomber une verge du ciel afin que Moïse l’utilise. Dieu a utilisé la même verge que Moïse avait déjà en main. Il y a des choses que nous avons avec nous ou en nous que lorsque Dieu les touche, elles commencent à nous étonner nous-mêmes. Moïse a commencé à fuir sa propre verge parce qu’elle avait changé de nature avec la Parole de Dieu. Dieu a le pouvoir de changer la nature de tout ce que nous avons.

Plus tard, nous verrons que dans ce monde, nous ne devons pas rester sans un appui surnaturel. Il y a ceux qui recourent aux fétichismes, à la magie, à l’occultisme, mais tout cela est inférieur, de loin inférieur au fait juste d’être un enfant de Dieu.

Cette verge de Moïse était comme toute autre verge que d’autres bergers pouvaient utiliser, juste comme un pinceau pour un peintre etc.

Au verset du 17, Dieu lui dit encore de prendre cette verge car avec elle il fera des prodiges.

C’est ainsi que le verset 20 dit :
« Moïse prit sa femme et ses fils, les fit monter sur des ânes, et retourna dans le pays d’Égypte. Il prit dans sa main la verge de Dieu. »

Ce qui était avant appelé la verge de Moïse est devenue maintenant la verge de Dieu. Pourquoi la verge de Dieu, parce que ce n’était plus un instrument utilisé pour paître le troupeau mais pour accomplir les prodiges. A vrai dire, lorsqu’on parle de la verge de Moïse, elle représente la Parole de Dieu. C’est avec la Parole de Dieu que nous sommes capables d’accomplir des signes.

Je vais soulever quelque chose de très importante avant de clôturer pour aujourd’hui, j’appelle cela :

La libération

La mission de Moïse ne lui a pas été prophétisée, il n’a pas eu un songe ou une vision, il a personnellement rencontré Dieu. Cependant, ce dernier n’est pas parti directement sans prévenir son beau-père, sans prendre sa famille avec lui.

C’est-à-dire que lorsque Dieu t’appelle pour une mission, ton propre ministère, il faudrait que tu te sépares en bons termes avec la personne pour qui tu travaillais. Surtout pour ceux qui sont dans le domaine de la chaire, ou l’évangile. Il faut bien se séparer et non pas partir avec des problèmes.

Il y a une part de la responsabilité de la personne à qui Dieu donne une autre mission et celle auprès de laquelle elle travaillait. Ce qui est grave aujourd’hui est que plusieurs serviteurs de Dieu ne considèrent plus les intérêts de Dieu mais plutôt ceux de leurs propres ministères. Ils ont du mal à libérer les personnes que Dieu envoie pour aller faire autre chose. Je ne dis pas que c’est tout le monde qui fait cela mais une grande partie. Il y a même ceux qui diabolisent ceux qui partent soit disant qu’ils n’ont pas reçus la bénédiction, soit disant qu’ils sont rebelles etc.

Nous ne sommes pas tous appelés à rester ensemble, à faire les mêmes choses, il viendra un jour où Dieu peut nous demander de faire quelque chose d’autre.

C’est pour cela dans les Actes des apôtres 13 :2, la Bible nous dit ceci :
« Pendant qu’ils servaient le Seigneur dans leur ministère et qu’ils jeûnaient, le Saint-Esprit dit: Mettez-moi à part Barnabas et Saul pour l’oeuvre à laquelle je les ai appelés. »

Ils étaient tous membres de l’église d’Antioche, mais le Saint-Esprit a dit que l’on mette à part Barnabas et Saul. C’est-à-dire qu’on les libère pour ce à quoi Dieu les appelle. Jéthro n’a pas retenu Moïse un seul instant mais l’a libéré pour qu’il se rende en Egypte où Dieu l’envoyait.

Nous pouvons voir cela au verset 18 :
« Moïse s’en alla; et de retour auprès de Jéthro, son beau-père, il lui dit: Laisse-moi, je te prie, aller rejoindre mes frères qui sont en Égypte, afin que je voie s’ils sont encore vivants. Jéthro dit à Moïse: Va en paix. »

Moïse, bien qu’il ait rencontré Dieu face à face a quand même demandé l’autorisation de son beau-père et ce dernier l’a béni. Il lui a dit : Va en paix.

Je termine par ceci :

Ceux qui en veulent à ta vie

Lorsqu’on parle de bénir et de prier pour nos ennemis, note qu’il y a ennemi et ennemi. Lorsque le Seigneur Jésus a parlé de cela, Il avait mentionné même les gens de la même maison, de la même famille. Cependant, le diable aussi est un ennemi. Faut-il prier aussi pour le diable ? Jamais. Sachons qu’il y a de ces ennemis pour qui nous ne devons pas prier, mais contre qui nous devons prier. Pourquoi ? Parce que ces sont des personnes qui en veulent à notre vie, à notre réussite, à notre vie d’exploits. Ces genres de personnes qui jurent sur leur corps de mort. On verra s’il aura un enfant. On verra s’il va se marier. On verra s’il va réussir. C’est ce genre de langage qu’ils tiennent.

Bien que Moïse a dit au revoir à son beau-père et a préparé sa famille pour retourner en Egypte, il craignait de rencontrer les personnes qu’il avait fuies. C’est ainsi qu’au verset 19, Dieu rassure Moïse en ces termes :

« L’Éternel dit à Moïse, en Madian: Va, retourne en Égypte, car tous ceux qui en voulaient à ta vie sont morts. »

Bien que plusieurs personnes n’acceptent pas cette réalité, Dieu tue ou élimine aussi tous ceux qui peuvent se mettre sur notre chemin pour que nous ne puissions pas accomplir Son dessein pour notre vie. Il a rassuré à Moïse que tous ceux qui en voulaient à sa vie sont morts.

Pour que tu mènes une vie d’exploits, il faut que toutes les personnes qui en veulent à ta vie puissent mourir.  A la naissance de notre Seigneur Jésus, il a été emmené en Egypte avec sa maman jusqu’à ce que tous ceux qui en voulaient à sa vie soient morts.

Lisons cela dans Matthieu 2 :19-21 :
« Quand Hérode fut mort, voici, un ange du Seigneur apparut en songe à Joseph, en Égypte, et dit: Lève-toi, prends le petit enfant et sa mère, et va dans le pays d’Israël, car ceux qui en voulaient à la vie du petit enfant sont morts. Joseph se leva, prit le petit enfant et sa mère, et alla dans le pays d’Israël. »

Tant qu’une catégorie de personnes sera en vie, il te sera difficile de pouvoir mener la vie d’exploits. C’est même l’essence de notre passage de base, Psaume 60 :14, 108 :14, la Bible nous dit : « Qu’avec Dieu, nous ferons des exploits. Et Dieu fera quoi ? Il écrasera nos adversaires. » Dieu ne peut pas écraser quelqu’un et que la personne reste encore en vie.

Quand la réalité s’oppose à la vérité

Lorsque nous recevons le Seigneur Jésus-Christ dans notre vie, nous nous décidons de suivre Dieu, certaines personnes pensent que c’est la fin des problèmes, des défis, des combats etc. Cependant, lorsque nous venons à Dieu, nous déclarons un combat ouvert avec le diable et le royaume des ténèbres.

Note bien, nous parlons de la nouvelle naissance. Lorsque tu es né de nouveau, tu es devenu un enfant de Dieu. C’est tout un processus que nous devons comprendre afin de ne pas retourner dans le monde, tomber dans les illusions, ou dans le piège de l’ennemi qui va essayer de nous faire croire que les choses étaient mieux pour nous lorsque nous étions dans le monde que maintenant que nous venons de donner notre vie à Jésus, maintenant que nous avons décidé de servir Dieu.

C’est ainsi qu’on parle des affermissements. Il faut être bien affermi afin que notre foi ne soit pas étouffé, afin que notre vie, notre maison ne reste pas vide mais rempli de la parole de Dieu.

Ce que je vais nous dire se passe à chaque fois que nous changeons de niveaux, ou quand nous venons d’accéder à un nouveau niveau, ou une nouvelle dimension.

Lorsque tu donnes ta vie à Jésus, tu changes de niveau, du royaume des ténèbres au Royaume du Fils de Son amour, Jésus Christ de Nazareth. Tu es maintenant dans un nouveau royaume. Ainsi, tu dois apprendre ce qu’il faut faire pour vivre dans ce nouveau royaume. C’est comme si tu viens d’acheter un nouvel appareil, si tu sautes seulement sur l’appareil et tu commences à l’utiliser  à ta manière, tu risques de ne pas en jouir complètement ou encore d’être bloqué de temps en temps. Ce qu’il faut faire, il faut recourir au manuel vendu avec l’appareil, le lire et découvrir chaque fonction de l’appareil. L’usage de certaines fonctions de l’appareil ne te sera pas aisé, tu ne sauras même pas qu’elles existaient si tu ne lis pas le manuel d’utilisateur.

L’affermissement nous permet de découvrir ce qui se passe dans le nouveau royaume dans lequel nous sommes entrés. Si nous ne sommes pas affermis, nous serons dépaysés, nous serons perdus, nous ne saurons pas comment les choses se passent et nous aurons l’impression que Dieu n’entend pas nos prières, que Dieu est loin de nous, qu’on nous a trompé. J’avais dit que cela arrivait à chaque fois que tu changes de niveau ou à chaque fois que tu es prêt à changer de niveau.

C’est très important que nous sachions et comprenions bien ce qui se passe lors de la nouvelle naissance. Nous ouvrons notre cœur à Jésus. Nous donnons notre vie à Dieu, nous croyons en Ses promesses etc. C’est comme dans la parabole que le Seigneur Jésus avait donné d’une maison d’où l’on avait chassé les esprits mauvais. Lorsque tu reçois Jésus, tu te sépares du monde de ténèbres, des esprits mauvais etc. Cependant, ta maison ne doit pas rester vide mais elle doit être remplie de peur que les démons qui étaient sortis ne reviennent.

Lisons cette parabole avant de continuer dans Matthieu 12 :43-44, la Bible nous dit ceci :
« Lorsque l’esprit impur est sorti d’un homme, il va par des lieux arides, cherchant du repos, et il n’en trouve point. Alors il dit: Je retournerai dans ma maison d’où je suis sorti; et, quand il arrive, il la trouve vide, balayée et ornée. Il s’en va, et il prend avec lui sept autres esprits plus méchants que lui; ils entrent dans la maison, s’y établissent, et la dernière condition de cet homme est pire que la première. Il en sera de même pour cette génération méchante. »

C’est dans cet état que se trouvent certains enfants de Dieu. Ils ont donné leurs vies à Jésus, les esprits mauvais ont été chassés d’eux, mais leur maison est restée vide. Ils ne se nourrissent pas de la parole de Dieu, ils ne sont pas affermis. Le Seigneur Jésus a dit que la dernière condition est pire que la première.

Qu’est ce qui se passe en réalité ? Le diable ne lâche pas facilement ses proies. Nous n’avons pas à faire avec un gentil mais avec un esprit méchant animé d’une grande colère sachant qu’il n’a plus que peu de temps. (Apocalypse 12 :12) Il te pousse à faire des choses rapidement, à chercher à gagner rapidement afin de te piéger et te détruire aussi rapidement. C’est ainsi que, la majorité de jeunes qui vont à lui, ont rapidement du succès mais terminent leurs vies de façon tragique. Le diable les détruit.

C’est ce qui s’est passé chez les enfants d’Israël lorsque Moïse est venu leur parler de la délivrance par le Dieu de leurs pères. Lorsque nous lisons les derniers versets du chapitre quatre, nous voyons que tout ce que Dieu a dit à Moïse se réalisait bien. Il y a Aaron qui est venu le rejoindre, ils ont transmis le message de Dieu aux anciens d’Israël et a fait des signes aux yeux du peuple. Lisons cela pour avancer, Exode 4 :28-31

« Moïse fit connaître à Aaron toutes les paroles de l’Éternel qui l’avait envoyé, et tous les signes qu’il lui avait ordonné de faire. Moïse et Aaron poursuivirent leur chemin, et ils assemblèrent tous les anciens des enfants d’Israël. Aaron rapporta toutes les paroles que l’Éternel avait dites à Moïse, et il exécuta les signes aux yeux du peuple. Et le peuple crut. Ils apprirent que l’Éternel avait visité les enfants d’Israël, qu’il avait vu leur souffrance; et ils s’inclinèrent et se prosternèrent. »

Ces passages, c’est comme la nouvelle naissance. Les enfants d’Israël ont écouté les Paroles de Dieu, ils ont vu les signes de Moïse. Ils savent que Dieu est de leur côté. Ils expérimentent que Dieu a vu leur souffrance. Ils commencent même à adorer Dieu. Ils s’inclinent et se prosternent nous dit la Bible.

Juste après ces instants merveilleux dans la présence de Dieu, une parole puissante est sortie de la bouche de l’homme de Dieu, il y a eu des miracles, la puissance de Dieu était si manifeste et tous se sont prosternés. Et à la fin, waou , nous venons de passer de  bons moments dans la présence de Dieu. On fait des commentaires à ceux qui n’étaient pas là. Vous avez raté ! Cet homme de Dieu est très puissant ! On ne reconnaît pas Moïse, ni Aaron, des Rhemas qui sortaient de leurs bouches ! Nous étions vraiment bénis.

Mais…quelques heures après…le jour suivant

Nous sommes maintenant arrivés au chapitre 5 d’Exode.

La réalité maquille la vérité, mais avec la patience et la persévérance, la vérité finit toujours par triompher. Moïse et Aaron se rendent compte que la réalité est totalement  contraire à la Vérité, Dieu le leur avait dit.

Peut-être que ces hommes de Dieu pensaient qu’une fois arrivés chez le Pharaon, ce dernier allait juste dire, oki ! Partez, allez servir votre Dieu ! Cependant, c’était tout le contraire de ce à quoi ils avaient espéré.

Lisons Exode 5 :1-2 :
« Moïse et Aaron se rendirent ensuite auprès de Pharaon, et lui dirent: Ainsi parle l’Éternel, le Dieu d’Israël: Laisse aller mon peuple, pour qu’il célèbre au désert une fête en mon honneur. Pharaon répondit: Qui est l’Éternel, pour que j’obéisse à sa voix, en laissant aller Israël? Je ne connais point l’Éternel, et je ne laisserai point aller Israël. »

Ces hommes de Dieu ont fait face à une opposition farouche qu’ils n’ont pas du tout comprise.

Il nous arrive de nous attendre à Dieu hélas, c’est la déception qui arrive. Dieu est-Il menteur ? Non. Dieu a-t-Il changé d’avis ? Non. Parce qu’Il ne change pas. Sa Parole non plus ne change pas. Il ne se repent pas de Ses dons et Ses promesses sont oui et amen. Il n’est pas un homme pour mentir, ni un fils d’homme pour se repentir et tout ce qu’Il dit, s’accomplit. Mais alors, pourquoi cette résistance ?

Peut-être que Dieu t’a parlé, Dieu t’est apparu comme c’est le cas, tu as reçu des paroles puissantes, tu as même vu des signes mais dans la réalité, la vérité ne semble pas se manifester ; pourquoi ? Tu te dis que les choses étaient bien pour toi lorsque tu étais encore dans le monde mais depuis que tu es chrétien, les choses semblent devenir de plus en plus difficiles.

Comme je l’ai dit avant, lors de la nouvelle naissance, nous naissons et nous devons grandir. C’est juste comme un enfant nouveau-né. Un moment donné, il doit commencer à s’assoir lui-même, il va commencer à marcher à quatre pattes, il va commencer à se tenir debout, à marcher, à courir et c’est parti. Tout ce processus n’est pas quelque chose de facile. Essaie maintenant de compter le nombre de fois que l’enfant tombe pendant qu’il cherche à s’asseoir, à marcher à quatre pattes, à tenir debout, à marcher etc. Cet enfant sera heureux s’il se laisse aider par ses parents, son père, sa mère, ses frères etc. On l’aide à s’asseoir, on lui achète des chaises appropriées, on essaie de tenir ses mains, le soutenir pour qu’il fasse ses premiers pas. Mais si ce dernier se dit de se passer de l’aide de ses parents ou ses grands frères, il risque de rester longtemps sans évoluer.

Le rôle des parents est si important que l’on ne peut pas le négliger. Il y a d’abord cette communion, cet amour partagé entre les parents et l’enfant. Cette relation est très importante et fera que l’enfant ait confiance, jusqu’à ce qu’un jour il arrive à marcher et à courir seul et ce sera une autre étape qui va commencer et ainsi de suite jusqu’à ce que ce dernier soit totalement indépendant, c’est-à-dire qu’il grandisse.

Ce qui nous arrive le plus souvent et qui nous plonge dans les erreurs, à tomber, à murmurer, à devenir incrédule, à douter, c’est qu’au lieu de chercher Dieu, nous cherchons Ses promesses, nous cherchons les choses, nous cherchons le mariage, nous cherchons les enfants, nous cherchons le travail, nous cherchons beaucoup d’autres choses. C’est bien normal. Parce qu’il faut vivre etc. quelqu’un dira. Oui, mais, nous devons savoir comment les choses marchent avec Dieu. Dieu ne nous refuse rien mais Il cherche premièrement une relation avec Lui. Il veut que nous puissions Le connaître, que nous puissions Le chercher, que nous puissions rester dans Sa présence. Cependant, nous, nous sommes préoccupés avec nos problèmes et facilement, nous détournons nos yeux de Dieu, nous commençons à espérer ailleurs, nous commençons même à murmurer, à douter etc.

Le Pharaon refuse catégoriquement de laisser partir les enfants d’Israël. Il ne reconnait même pas le Dieu des enfants d’Israël. C’est comme cette situation dans ta vie, cette maladie. Tu as prié, tu as jeûné, tu as vu les hommes de Dieu qui t’ont imposé les mains etc. mais la situation est toujours là, rien ne change, rien ne bouge.

Cela ne veut pas dire que Dieu ment, ou qu’Il soit loin, ou qu’Il soit impuissant ou incapable. Dieu contrôle nos vies, nos situations et est au courant de tout ce qui s’y passent. Dieu connaît nos vies plus que nous-mêmes. Dieu sait ce qui est primordial pour nous. Il connaît nos besoins plus que nous-mêmes. Dieu va juste dans les tous petits détails de nos vies pour montrer comment Il est si attentionné. Dieu sait lorsqu’un cheveu tombe de notre tête. Alors, que nous, nous ne sommes même pas au courant. C’est ainsi que Dieu ne nous donne pas toujours ce que nous désirons mais nous donne toujours ce dont nous avons besoin.

Cependant, Il est aussi prêt à te donner ce que ton cœur désire, cependant, il y a une condition à cela qui se trouve dans le Psaume 37 :4, la Bible nous dit :

«Fais de l’Éternel tes délices, et il te donnera ce que ton cœur désire. »

Bien aimé, les promesses de la délivrance sont là, de la prospérité, de la santé, des richesses, de la gloire et tout ce que tu peux imaginer et ces choses seront toujours là. Le mariage, les enfants, le travail etc. seront toujours là. Mais, toi, tu ne seras toujours pas là. Ta vie sur terre n’est que pour un temps et après viendra l’éternité. C’est pour cela que Dieu tient d’abord à ce que tu Le connaisses Lui l’Eternel Dieu, et tout ce que tu cherches ne sera plus un problème pour toi.

La réalité viendra toujours s’opposer à la vérité de la Parole de Dieu. C’est-à-dire qu’il y aura la résistance de l’ennemi qui refusera de nous laisser partir bien que c’est Dieu, le Tout-Puissant qui en a décidé ainsi.

Et peu importe la résistance de l’ennemi, peu importe la réalité à laquelle nous faisons face, la vérité fini toujours par triompher. Une chose que nous devons savoir sur la vérité est qu’elle n’est pas seulement une parole prononcée, n’importe laquelle, la vérité est une personne, Son nom c’est Jésus-Christ de Nazareth. Elle est la Parole de Dieu. Elle est éternelle, c’est-à-dire qu’Elle était avant le commencement, est et sera pour toujours. La vérité ne change pas peu importe le temps, les circonstances.

Cependant la réalité change toujours. Elle peut durer pendant un temps, mais elle ne dure jamais longtemps surtout si on s’accroche à la vérité. La réalité reste longtemps lorsque nous ne connaissons pas la vérité, lorsque nous abandonnons ou oublions la vérité, lorsque nous doutons de la vérité. La réalité règne seulement là où l’on ne connaît pas la vérité.

Nous sommes dans Exode 5. Moïse et Aaron se présentèrent devant le Pharaon pour lui dire les paroles de Dieu, les vérités afin que ce dernier laisse partir le peuple d’Israël, mais ce dernier refuse et fait souffrir les enfants d’Israël plus encore qu’avant.

Note que le refus de l’ennemi de te laisser partir ne veut pas dire que Dieu a menti, que Dieu est impuissant, que Dieu t’a abandonné ou que la promesse de Dieu traîne. Dieu est Dieu et n’oublions jamais cela. La souffrance n’est pas l’absence de la présence de Dieu. La souffrance n’est pas le synonyme du péché ou de l’abandon de Dieu. Mon papa spirituel, celui qui m’a affermi dans le Seigneur Jésus me disait toujours que l’or ne choisit le feu par lequel il passe. Plusieurs chrétiens restent brutes, tels qu’ils étaient depuis qu’ils avaient reçu Jésus dans leur vie ou de fois, leur situation s’empire parce qu’en réalité, ils partent à l’Église, ils servent Dieu mais en réalité au fond, ils ne se soumettent pas à la volonté de Dieu. Ils n’obéissent pas à Dieu.


Aidons-les à étudier cette année. Participe au projet d’aider à la scolarisation des enfants délaissés. Clique ici ou sur l’image. Aidons-les-à-étudier

3 réponses sur « Avec Dieu nous ferons des exploits – Chapitre 6 : En route vers une vie d’exploits ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.