En Jésus-Christ, j’ai la victoire ! 1ère partie : « La victoire sur le péché » – suite a : Le péché en Eden

Dieu fixe de nouveau un jour :
« Aujourd’hui, Dieu me dit de nous dire que nous pouvons demeurer dans Sa présence toute notre vie si seulement nous refusons de vivre dans le péché. »

Bien-aimé(e) dans le Seigneur, que la paix de Dieu qui surpasse toute intelligence et Sa joie ineffable remplissent vos cœurs ce matin et que la communion du Saint-Esprit soit votre partage au nom puissant de Jésus-Christ de Nazareth, notre Seigneur, Sauveur et Maître.

Nous continuons notre série du mois : « En Jésus-Christ, j’ai la victoire. » Nous voyons un ennemi sournois qui cause l’autodestruction de la vie de plusieurs enfants de Dieu. C’est vrai que lorsque le voleur vient, il dérobe, égorge et détruit, mais ce dernier n’accède pas dans la vie d’une personne si le péché n’y est pas. Sinon, il ne roderait même pas autour de nous mais nous dévorerait déjà sans que nous ne puissions nous en rendre compte.

Lisons ce passage :
« Nous donc aussi, puisque nous sommes environnés d’une si grande nuée de témoins, rejetons tout fardeau, et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte, ayant les regards sur Jésus, le chef et le consommateur de la foi, qui, en vue de la joie qui lui était réservée, a souffert la croix, méprisé l’ignominie, et s’est assis à la droite du trône de Dieu. » Hébreux 12 :1-2

Plusieurs souffrent parce qu’ils pèchent, mais Jésus-Christ avait souffert parce qu’Il n’avait pas péché afin qu’en marchant en Lui, nous puissions nous aussi surmonter la puissance du péché. La carrière est devant nous, cependant, il y a deux choses que nous devons rejeter le fardeau et le péché. Il est dit que le péché nous environne si facilement. Nous devons donc faire attention avec le péché. Pour ce faire, en tout ce que nous vivons ou rencontrons dans la vie, nous devons maintenir nos yeux sur Celui qui avait vaincu, Jésus-Christ. Plusieurs chrétiens succombent dans la vie à cause d’un péché qu’ils commettent au nom du fait que Dieu pardonnera ou encore qu’ils vont seulement pécher une fois et se repentir, mais ils se retrouvent en train de s’embourber et s’enfoncer dans le même péché, détruisant ainsi leurs vies.

Parlons donc du péché en Eden.

Le péché en Eden, c’est quoi encore ?

Eden représente la présence de Dieu. Suivant Genèse 2, Dieu prit Adam et le plaça dans le jardin qu’Il avait Lui-même planté. Dans notre contexte, Eden représente le salut. Jésus-Christ nous a sauvés et nous Lui avons donné nos vies ; nous commençons à marcher dans la nouveauté de vie, nous abandons les péchés, nous Le servons et du coup, nous rétrogradons, nous commençons à nouveau à prendre plaisir aux péchés, à compromettre… Lorsqu’un enfant de Dieu rétrograde, cela ressemble au péché mais dans Eden. C’est-à-dire que nous sommes sauvés mais nous ne menons pas une bonne vie en tant qu’enfant de Dieu. Les fiancés qui couchent ensemble comme s’ils étaient déjà mariés, les mensonges dans la bouche même des pasteurs au nom de la sagesse, une sagesse satanique certainement.

Quelles sont les conséquences du péché en Eden ?

Avant d’énumérer les conséquences, je dirai aussi que le péché en Eden, c’est tout péché que nous commettons alors que nous sommes déjà devenu enfant de Dieu ou encore tout péché que nous commettons comme enfant de Dieu mais que nous ne confessons pas pour une raison ou une autre.

Lisons Genèse 3 :7-10 :
« Les yeux de l’un et de l’autre s’ouvrirent, ils connurent qu’ils étaient nus, et ayant cousu des feuilles de figuier, ils s’en firent des ceintures.
Alors ils entendirent la voix de l’Éternel Dieu, qui parcourait le jardin vers le soir, et l’homme et sa femme se cachèrent loin de la face de l’Éternel Dieu, au milieu des arbres du jardin.
Mais l’Éternel Dieu appela l’homme, et lui dit: Où es-tu?
Il répondit: J’ai entendu ta voix dans le jardin, et j’ai eu peur, parce que je suis nu, et je me suis caché. »

La nudité
La première conséquence du péché en Eden est la nudité. C’est-à-dire que la gloire de Dieu nous quitte. Nous devenons nus lorsque la gloire de Dieu s’en va de nos vies. Tout enfant de Dieu qui vit dans les péchés perd la gloire de Dieu. Cela peut ne pas se voir physiquement, mais ceux qui ont les yeux spirituels, chrétiens ou païens peuvent s’en rendre compte. Si vous avez déjà suivi les témoignages des magiciens ou sorciers convertis, ils disent souvent que les chrétiens qui vivent dans les péchés sont nus. C’est comme cela qu’ils reconnaissent les vrais des faux chrétiens. Et ceux-ci sont des proies faciles pour eux. Lorsque vous vivez dans les péchés, peu importe le titre que vous avez à l’église, les années passées depuis votre conversion, vous êtes nu.

Il est écrit:
« Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu. » Romains 3:23
Cette nudité est donc la privation de la gloire de Dieu. Lorsque la gloire de Dieu nous quitte, nous devenons exposés et nus; vulnérables aux attaques de l’ennemi.

La peur

La seconde conséquence de vivre dans les péchés est l’installation de la peur dans notre vie. Il est écrit : « Et vous n’avez point reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte; mais vous avez reçu un Esprit d’adoption, par lequel nous crions: Abba! Père! » Romains 8 :15 La crainte, la peur, les inquiétudes dans la vie d’un enfant de Dieu indique qu’il y a un péché caché quelque part. Parce que, qu’est-ce qu’il y a de plus rassurant que d’avoir Dieu pour Père ? Ce n’est pas un roi de la terre, un président d’une nation quelconque, un gouverneur d’une ville mais le Seigneur de tout l’univers. Par le Saint-Esprit nous crions Abba ! Père !

Hier, ceux qui prient avec nous à DES LE MATIN, nous avions donné le sujet de prière d’une de nos bien-aimées qui devait accouchée. Arrivée à l’hôpital, les choses ont semblées se compliquer. Car, le bébé avait un ralentissement du rythme cardiaque d’après le monitoring, et le médecin s’était donné 30 minutes pour faire une césarienne s’il n’y avait pas amélioration (possible que le cordon soit autour du cou de l’enfant). Notre bien-aimée n’a pas eu peur, n’a pas commencé à pleurer, s’apitoyer sur son sort ou encore commencer à se demander en murmurant où est donc Dieu que nous avions prié ce matin ? N’avait-il pas entendu nos prières ? Mais elle a gardé la foi et après notre prière, tout est redevenu normal. Le petit garçon est né par voie basse avec 4,440 Kg. Tous deux, la maman et l’enfant se portent très bien par la grâce de Dieu et prierons avec nous ce matin.

Lorsque vous commencez à voir la peur s’installer dans votre vie, sachez qu’il y a un péché non confessé quelque part. Car, en tant qu’enfant de Dieu, Sa voix, Sa parole que nous entendons chaque jour, que nous lisons dans nos méditations etc. doit nous donner l’assurance et non pas nous plonger dans la peur. L’homme en Eden, lorsqu’il entendit la voix de Dieu, au lieu de s’approcher de Lui, il est plutôt parti se cacher. Cela se peut aussi se manifeste par la baisse de la vie de prière. Nous n’arrivons plus à bien prier, à chanter pour Dieu, Le louer et L’adorer, à Le servir convenable. Nous sentons de plus en plus que nous nous éloignons de Dieu. J’insiste ici que je suis en train de parler des enfants de Dieu. Car comme nous avions lu dans la partie précédente, dans Jean 8, nous ne devons pas nous arrêter à croire en Jésus, mais nous devons demeurer dans Sa parole si nous voulons devenir des vrais disciples. Tous les croyants ne sont pas des disciples du Seigneur. Les croyants de fois ne croient plus et font ce qu’ils veulent lorsqu’ils sont face à un choix qui leur pousse à obéir ou désobéir à Dieu, à continuer à suivre le Seigneur ou à s’en aller. Malheureusement, plusieurs désobéissent, s’arrêtent, se détournent, s’en vont ! Mais les disciples doivent persévérer, porter leurs croix, demeurer dans le Seigneur peu importe ce qu’ils traversent.

C’est ainsi que Paul pouvait dire:
« Qui nous séparera de l’amour de Christ? Sera-ce la tribulation, ou l’angoisse, ou la persécution, ou la faim, ou la nudité, ou le péril, ou l’épée?
Selon qu’il est écrit: c’est à cause de toi qu’on nous met à mort tout le jour, qu’on nous regarde comme des brebis destinées à la boucherie.
Mais dans toutes ces choses nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés.
Car j’ai l’assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur. » Romains 8 :35-39

Il est donc très dangereux de vivre dans le péché en tant qu’enfant de Dieu. Peu importe ce que nous rencontrons comme situation dans la vie, sachons que nous sommes plus que vainqueurs par Jésus-Christ qui nous a aimé et attachons à Lui en disant non au péché. (A suivre…)

Projet du mois d’Avril :
Achat d’une caméra Canon (Merci de nous contacter si vous voulez y participer.)

Canon Mark II

4 réponses sur « En Jésus-Christ, j’ai la victoire ! 1ère partie : « La victoire sur le péché » – suite a : Le péché en Eden »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s