Moi, femme abusée, violée…mais restaurée en Jésus Christ (2ème partie)

Bonjour Mesdames,

Heureuse de vous retrouvez cet après midi pour la suite de notre thème.  Ayant eu hier, à étudier les cas de viols dans l’Ancien Testament, nous désirons, nous atteler pour cette suite, à découvrir comment Jésus traitait les femmes de son époque en lisant ensemble quelque passage du nouveau Testament.

Psaumes 125 :1-2 nous dit « Ceux qui se confient en l’Eternel sont comme la montagne de Sion : elle ne chancelle point, elle est affermie pour toujours. Des montagnes entourent Jérusalem ; ainsi l’Eternel entoure son peuple, Dès maintenant et à jamais » 

Notre prière pour vous est qu’à la lumière de ce passage biblique, vous soyez entourer de Dieu qui est plein d’amour  et d’attention pour vous! Que vous soyez affermies et fortes! Et que vous soyez libérer de tous vos maux de l’âme, au nom de Jésus! Amen amen!

Dans Le nouveau Testament

Nous avions parlé à la fin du chapitre à la fin du chapitre précèdent que JESUS CHRIST est le remède à tous nos maux de l’âme et en sachant que dans le nouveau testament, la bible ne relate pas clairement de cas d’abus ; Nous voudrions, mettre en évidence une réalité palpable que nous découvrons au travers des évangiles et que plus tard les apôtres adopteront: l’attitude de Jésus-Christ avec les femmes.

Une de mes amies et moi nous amusons souvent à dire que c’est Jésus qui est l’instigateur de l’émancipation de la femme ! Il est venu la sortir de son carcan, et lui révéler qu’elle n’est pas seulement un « corps » mais « une personne à part entière ». Une personne avec des sentiments qui a aussi besoin d’être aimée, guérie, sauvée et secourue !

Le risque que court une personne abusée et /ou violée est d’en vouloir à Dieu de ce qui lui ait arrivé. Parce que, l’être humain rejette naturellement à Dieu tout ce qui lui arrive de mal et oublis d’être reconnaissant de ses bienfaits. D’où la nécessité de nous répéter que le choix appartient toujours à l’agresseur, le choix de s’arrêter avant de commettre l’irréparable !  Le choix d’un père face à sa fille, le choix d’un oncle face à sa nièce,  le choix d’un homme quelconque face à une femme quelconque…. le coupable n’est pas Dieu, mais les êtres humains eux-mêmes.

Voilà pourquoi, il est vital pour nous, femmes abusées et/ou violées de venir vers Jésus, et de le laisser nous aider ! Il est pour la femme ! Parce que pour Lui notre créateur il n’y a pas d’acception de personnes (Actes 10 :34), soit femme, soit homme, Il nous a aimé et crée à son image, et son désir depuis la création de ce monde, est que l’homme vive en paix !

Luc 8 :1-3 : « Ensuite Jésus allait de ville en ville et de village en village, prêchant et annonçant la bonne nouvelle du royaume de Dieu. Les douze étaient auprès de Lui avec quelques femmes qui avaient été guéries d’esprits malins et des maladies : Marie, dite de Magdala de laquelle étaient sortis sept démons Jeanne, femme de Chuza, intendant d’Hérode, Suzanne, et plusieurs autres, qui l’assistaient de leurs biens. »

Dans une société patriarcale Juive, où la femme n’était encore qu’un « corps » et/ou un « être insignifiant », le fils de Dieu s’entoure des femmes ! La bible nous apprend ici qu’elles l’accompagnaient partout où Il allait de ville en ville, village en village ! Et le plus extraordinaire est qu’on nous cite les noms de certaines d’elles! Ces femmes ne restent pas des inconnues mais on parle d’elle personnellement ; et même après le départ de Jésus nous lissons que les disciples perpétreront cette attitude du Seigneur.

Nous devrons enraciner dans nos cœurs que Jésus est un refuge sûr !

  • cas de la femme adultère Jean 8 :1-11

On amène une femme adultère à Jésus. Il est nécessaire de voir le pourquoi de cet acte, la Bible est clair, c’est un piège tendu au Seigneur ! Mais pourquoi utiliser une pauvre femme vulnérable (peu importe l’acte qu’elle aurait posée) pour arriver à ses fins ? Imaginez-vous juste un moment que Jésus ait été un faux prophète et demandé la lapidation de la femme ? Je tremble rien qu’à imaginer ça ! Mais gloire à Dieu car Jésus connait le cœur des hommes, et il les a pris à leur propre piège.

Il est utile de préciser que cette femme selon la loi de Moise devait recevoir comme châtiment la lapidation, comme revendiquait les anciens. Mais dans Deutéronome 22 :22/ Lévitique 20 :10, nous apprenons qu’en cas d’adultère, on ne tue pas la femme adultère seule ! Mais on lapide le couple adultère, c’est-à-dire l’homme et la femme ! Mais où est l’homme ici ? Et l’on précise que ce sont les témoins qui lapident en premiers les coupables. Ou sont les témoins ?

Jésus apprends à ses anciens qu’Il connait mieux la parole qu’eux (jean 1 :1) ! Quand il leur dit que le premier qui n’a jamais péché lui jette la première pierre, il les mets devant un dilemme terrible, car le premier qui doit jeter la première pierre doit être le témoin de l’acte coupable ! Mais vu que c’est un piège, il n’y avait aucun témoin !

Que cette femme ait réellement trompé son mari, cela importait très peu ! Mais le fait de l’exposer ainsi sans preuve, de la condamner ainsi et de la mettre pour ainsi en marche de la société, était une situation inacceptable ! Jésus en exposant la fausseté de ses anciens du peuple,  montre qu’il n’est pas venu abolir la loi, mais l’accomplir ! Dès le départ, Dieu protégeait les hommes (homme ou femmes), et les châtier pour leurs péchés de la même manière aussi !

Après le départ de tout les accusateurs, Jésus se tourne vers la femme, et lui donne ce que personne ne lui a donné la LIBÉRATION : «  Je ne te condamne pas ! Va et ne pêche plus ! »

  • cas de la femme prostituée Luc 7 :36-50

Jésus invité chez un pharisien, est assailli par une femme pleurant qui se jette à ses pieds. Cette femme a surement entendu parler de Jésus,  et c’est sûr que comme la femme malade depuis 12 ans, elle se demandait comment l’atteindre ; Tout le monde le sait, elle est une prostituée ! Elle est le genre de femme avec qui les hommes traitent dans le secret des alcôves. Comment alors aborder cet homme qui parle d’amour au vu et au su de tous ? Pourtant, son poids est trop lourd pour être porter plus longtemps, elle doit venir et soulager son cœur, peu importe les regards, les paroles des autres….

Cette femme ne savait pas si Jésus allait la rejeter, peut-être qu’elle y a pensé, mais sa présence, prouve qu’elle a laissé son besoin de paix, d’amour remporté sur tous les restes !

Et comme, elle s’y attendait, les autres l’ont jugés, et condamnés, mais l’essentiel pour elle, était là où elle devait être : aux pieds de Jésus ! Elle ne peut s’arrêtez de pleurer, car c’est ce qui arrive lorsqu’on s’approche de Lui, Il nous révèle notre état réel des pécheurs, notre besoin d’un sauveur ! Luc 1 :69

Jésus la laisse pleurer, car Il sait que c’est un soulagement, que son cœur, son âme en a besoin ; c’est pourquoi face aux regards et jugement des autres, Jésus doit la justifier, car il est le Juste JUGE, qui connait mieux que nous nos pensées.

L’hôte de Jésus était un homme orgueilleux, qui même dans sa manière de L’accueillir manifesta son manque de considération (on se demande comment il aurait accueillis un sacrificateur !). Jésus valorisa la femme aux yeux de cet homme imbu de lui-même (parfait parce qu’il était pharisien) et aux yeux de tous ceux qui étaient à table : la femme a manifesté plus d’amour et des respects que l’hôte!

La jeune femme repartira récompenser parce qu’étant venue avec des maux de l’âme, Jésus la pardonne et la renvoie en paix, parce qu’il est le Dieu de PAIX !  Le pardon libère : les pardons de ses péchés apportent une libération à la femme qui avait mené une vie de débauche !

Il est nécessaire que nous comprenons une chose, Jésus est amour et désire nous voir libre de toutes nos chaines ! Sa venue ici-bas n’avait qu’un but :

Esaïe 61: 1-3
« L’esprit du Seigneur, l’Éternel, est sur moi, Car l’Éternel m’a oint pour porter de bonnes nouvelles aux malheureux; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, Pour proclamer aux captifs la liberté, Et aux prisonniers la délivrance; Pour publier une année de grâce de l’Éternel, Et un jour de vengeance de notre Dieu; Pour consoler tous les affligés;  Pour accorder aux affligés de Sion, Pour leur donner un diadème au lieu de la cendre, Une huile de joie au lieu du deuil, Un vêtement de louange au lieu d’un esprit abattu, Afin qu’on les appelle des térébinthes de la justice, Une plantation de l’Éternel, pour servir à sa gloire ».

Que Dieu vous bénisse et à très bientôt!

3 thoughts on “Moi, femme abusée, violée…mais restaurée en Jésus Christ (2ème partie)

  1. Merci mon Pasteur pour le temps que vous prenez pour Dieu en enseignant sa parole aux peuple de Dieu. Certaines femmes ne connaissance leur importance aux yeux de l’Eternel. Elles pensent se confier aux ONG et Institutions qu’elles seront en sécurité et en paix,elles oublient Dieu.
    Dieu est le meilleur protecteur
    Merci que le Seigneur Jésus christ continue à vous bénir abondamment

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s