LA VOLONTE DE DIEU (La chose la plus difficile à faire sur terre) – 6ème Partie

Le Seigneur Jésus nous recommande d’adopter Sa coutume

Nous avions vu dans la partie précédente, que le Seigneur Jésus avait la coutume d’aller sur la montagne afin de prier. Nous avions aussi dit que dans le jargon chrétien, lorsqu’un frère ou une sœur vous dit qu’il ou qu’elle est à la montagne, il ou elle veut tout simplement vous dire qu’il ou qu’elle est en train de prier et de jeûner, de rechercher la face de Dieu pour sa vie en général ou pour un sujet bien déterminé.

Dans notre texte, nous avons vu que le Seigneur Jésus était suivi par Ses disciples à la montagne, cependant, que faisaient-ils ? Nous avions vu que la coutume du Seigneur Jésus l’avait aidé à pouvoir accomplir la volonté de Dieu pour Sa vie. Lorsqu’Il avait prié, connaissant déjà la volonté de Dieu, Il reçut maintenant la force de pouvoir l’accomplir. Car, il est une chose de connaître la volonté de Dieu et il en est une autre de pouvoir le faire. C’est comme dans notre exhortation de la semaine, nous avions vu comment dans la parabole, une personne a dit à son père qu’il allait faire ce que son père lui avait demandé, mais enfin de compte, il n’a rien fait. C’est aussi ce qui se passe dans la vie de plusieurs enfants de Dieu aujourd’hui, qui promettent de faire des choses pour Dieu, avec Dieu mais qui, même connaissant la chose qu’ils doivent faire, n’ont pas du tout la force de pouvoir le faire. Nous avions lu la version de Luc de ce récit de Gethsémané, maintenant, je vais nous proposer de lire la version de Marc et nous allons tirer des leçons très importantes.

Lisons:
« Ils allèrent ensuite dans un lieu appelé Gethsémané, et Jésus dit à ses disciples: Asseyez-vous ici, pendant que je prierai.
Il prit avec lui Pierre, Jacques et Jean, et il commença à éprouver de la frayeur et des angoisses.
Il leur dit: Mon âme est triste jusqu’à la mort; restez ici, et veillez.
Puis, ayant fait quelques pas en avant, il se jeta contre terre, et pria que, s’il était possible, cette heure s’éloignât de lui.
Il disait: Abba, Père, toutes choses te sont possibles, éloigne de moi cette coupe! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux.
Et il vint vers les disciples, qu’il trouva endormis, et il dit à Pierre: Simon, tu dors! Tu n’as pu veiller une heure!
Veillez et priez, afin que vous ne tombiez pas en tentation; l’esprit est bien disposé, mais la chair est faible.
Il s’éloigna de nouveau, et fit la même prière.
Il revint, et les trouva encore endormis; car leurs yeux étaient appesantis. Ils ne surent que lui répondre.
Il revint pour la troisième fois, et leur dit: Dormez maintenant, et reposez-vous! C’est assez! L’heure est venue; voici, le Fils de l’homme est livré aux mains des pécheurs.
Levez-vous, allons; voici, celui qui me livre s’approche. »
 Marc 14 :32-42

Nous allons noter quelque chose de très important que Marc dit ici. Lorsque le Seigneur est arrivé à Gethsémané, il est écrit qu’Il était attristé et il commença à éprouver de la frayeur et des angoisses. Puis, Il leur dit: Mon âme est triste jusqu’à la mort; restez ici, et veillez.

Je ne savais comment expliquer que le Seigneur des seigneurs puisse dire des telles choses ? J’ai eu autre partie de la réponse en disant que le Seigneur n’était pas seulement attristé parce qu’Il devait aller mourir sur la croix et porter le péché, les malédictions, les maladies, les condamnations et la mort de l’humanité, mais c’était aussi cette douleur de la séparation. Lui qui avait la compassion des âmes, qui allait des lieux en lieux pour faire du bien, pour guérir les malades, ressusciter les morts, délivrer ceux qui étaient possédés etc. Dieu fait chair était « habitué » avec sa création, mais maintenant, cette expérience prenait fin et dans quelles conditions ? Il faut passer par une souffrance atroce, s’humilier et monter sur la croix, descendre dans les abîmes ! Le Seigneur Jésus avait bien connaissance de la volonté de Dieu mais la frayeur et les angoisses l’avaient affaibli. Une personne effrayée et angoissée ne saura pas faire grand-chose. La frayeur, les angoisses le paralysaient. Il est écrit qu’il était en agonie. (la version de Luc) Lorsqu’on parle d’être en agonie, le dictionnaire nous dit que c’est la dernière lutte de la nature contre la mort, ou encore l’état d’un malade ou d’un blessé dans sa dernière extrémité. Alors que nous savons ici que le Seigneur n’était pas physiquement blessé, mais c’était une lutte au-dedans de Lui et ce qui l’a sauvé, c’était sa coutume, celle d’aller prier. En dépit de son agonie, la Bible nous apprend qu’Il priait avec instance jusqu’à ce qu’un ange est venu le fortifier.

Notons quelque chose d’autre de contradictoire mais très important que Marc a relevé :
« L’heure est venue; voici, le Fils de l’homme est livré aux mains des pécheurs.
Levez-vous, allons; voici, celui qui me livre s’approche. »

Le Seigneur  Jésus déclare que le Fils de l’homme est livré aux mains des pécheurs. Ceci est conjugué au temps présent de l’indicatif, alors qu’il n’était pas encore arrêté, alors que celui qui Le livrait, comme Il le dit dans la suite s’approchait encore. Qu’est-ce que cela implique ? Qu’en ayant accepté d’aller sur la croix dans la prière, le Seigneur Jésus s’était déjà livré. Tout ce qui concernait la suite de Son histoire était décidé dans cette prière. Cela nous montre comment nous pouvons changer beaucoup de choses ou encore, en recevoir rien que dans la prière. C’est ce qu’Il avait dit dans Marc 11 :24 :

« C’est pourquoi je vous dis: Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez reçu, et vous le verrez s’accomplir. » Il est monté attristé, luttant entre Sa volonté et celle de Dieu mais Il descendit de Sa montagne avec toute la conclusion possible et prête à accomplir la volonté de Dieu pour Sa vie. C’est ce que la coutume du Seigneur peut faire pour nous aussi peu importe la situation que nous traversons. Je ne pense pas que votre situation ou la mienne puisse être plus que ce à quoi le Seigneur Jésus faisait face.

La tristesse change de camp

La version de Luc nous révèle quelque chose de très important qui complète celui de Marc. Lorsqu’ils sont arrivés à Gethsémané, Marc nous parle de la tristesse, la frayeur et les angoisses du Seigneur mais pas des disciples. Cependant, le Seigneur Jésus a fait une chose que les disciples n’ont pas faite. Alors que le Seigneur Jésus priait, lui qui était triste et qui se disait triste jusqu’à la mort, les disciples eux, dormaient. Le Seigneur est revenu même trois fois pour les motiver à prier, Il leur a même dit de prier et de veiller afin qu’ils ne tombent pas en tentation, cependant, ils n’étaient qu’en train de dormir.

Voici ce que Luc dit :

« Après avoir prié, il se leva, et vint vers les disciples, qu’il trouva endormis de tristesse,
et il leur dit: Pourquoi dormez-vous? Levez-vous et priez, afin que vous ne tombiez pas en tentation. »

Le Seigneur après avoir prié fut fortifié et n’était plus triste, cependant, ceux qui n’ont pas prié, Ses disciples, Il les trouva endormis de tristesse !

Voici la condition dans laquelle se trouvent plusieurs enfants de Dieu, ils sont endormis de tristesse. Au lieu de se lever dans la prière afin de recevoir la force et faire face à leur destinée, accomplir le dessein de Dieu pour leurs vies, ils tombent si facilement en tentation.

Si nous voulons accomplir les projets de Dieu pour chacune de nos vies, nous devons prier avec instance. Peu importe la situation que nous traversons actuellement, tout ce qui nous attriste, nous effraye, nous angoisse lorsque nous y pensons, nous ne devons pas chercher à nous défouler mais à nous délivrer en nous fortifiant dans la prière.

Adoptons la coutume de notre Seigneur, prions, prions, prions afin que nous ne puissions pas tomber en tentation. C’est vrai que Dieu peut tout et rien ne Lui est impossible, cependant, la meilleure chose que Dieu peut faire pour nous, c’est Sa volonté. Ainsi, nous devons prier non pas seulement pour la force mais aussi pour connaître la volonté de Dieu pour notre vie.

Tendre Père céleste, je reçois la grâce de prier au nom puissant de Jésus !

Que Dieu bénisse Sa parole au nom puissant de Jésus.

Si vous êtes béni(e) par cet enseignement, n’hésitez pas à le partager et aussi à nous laisser un commentaire.

6 thoughts on “LA VOLONTE DE DIEU (La chose la plus difficile à faire sur terre) – 6ème Partie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s