Ta foi t’a sauvé, va en paix – suite et fin

Vendredi 28 Août 2015
Parole Prophétique de l’Année : Je suis l’Expression de la Grâce de Dieu
Cri du cœur d’Août 2015 : « Ô Père céleste, étanche ma soif et rassasie-moi de Ton pain de vie. »
Série d’enseignements : «Jésus-Christ est le pain de vie – 25èmepartie»
Sous-thème : « Ta foi t’a sauvé, va en paix – suite et fin »


Dieu fixe de nouveau un jour:
« Aujourd’hui, Dieu me dit de te dire qu’il te soit fait selon ta foi » (Matthieu 8 :13)


Hier et aujourd’hui, je suis allé lire quelques enseignements de l’année passée, O que la parole de Dieu est merveilleuse. Je suis édifié et encouragé comme jamais auparavant et rends grâce de tout mon cœur pour ce privilège d’être enfant de Dieu. Notre tendre Père céleste est le véritable Dieu. C’est Lui qui change les temps et les circonstances. Si nous mettons notre foi en Lui, Il changera tout en notre faveur. La foi est très importante si nous voulons recevoir quoi que ce soit de Sa part.

Dans la partie précédente, nous avions vu comment la femme à la perte de sang avait, par la foi, puiser la puissance de notre Seigneur Jésus sans même demander son avis. Je peux dire que la foi est ce qui te donne l’accès direct à la puissance de Dieu afin d’anéantir toute puissance du diable qui est en train de te nuire. Cette femme n’avait pas demandé la permission au Seigneur Jésus, ni à ses disciples pour qu’elle touche Ses vêtements. La puissance de Jésus n’avait pas non plus demandé Son avis avant de sortir et guérir cette femme. La foi est ton initiative basée sur la parole de Dieu que tu as entendue qui te permet d’avoir une expérience personnelle avec Dieu. La foi ne doit pas rester une théorie, une histoire, mais une expérience de l’accomplissement de la parole de Dieu à laquelle nous avons crue, de la réception de ce que nous désirons de la part de Dieu suivant Sa volonté pour notre vie.

La foi est l’oxygène du juste. C’est la main qui nous permet de nous servir des choses invisibles, des choses qui ne sont pas encore disponibles physiquement.

Cette femme, bien qu’elle était impure, bien qu’elle n’avait pas le droit de sortir en publique, mais elle a osé parce qu’elle avait la foi.

Dans Lévitique 15, la Bible nous parle de la loi sur l’impureté de l’homme et de la femme, et c’est la loi qui était en vigueur à l’époque de cette femme à la perte de sang. Le verset 25 nous dit :

« La femme qui aura un flux de sang pendant plusieurs jours hors de ses époques régulières, ou dont le flux durera plus qu’à l’ordinaire, sera impure tout le temps de son flux, comme au temps de son indisposition menstruelle. »

Toute personne qui touche une femme pareille, tous les objets qu’elle touche elle-même deviennent impurs à cause de son impureté. Regarde dans quelle condition vivait cette femme pendant douze ans. Il fallait oser avec la foi, malgré la loi, d’aller auprès du Sauveur.

Je ne sais pas quelle est cette loi qui pèse sur ta vie et qui t’empêche d’aller recevoir ce dont tu as droit auprès du Seigneur Jésus, mais je la brise au nom puissant de Jésus.

Normalement, ou encore suivant la loi, en touchant les vêtements de notre Seigneur Jésus-Christ, elle allait rendre notre Seigneur impur, chose impossible et c’est l’inverse qui s’est passé ; au lieu que le Seigneur Jésus devienne impure, la femme impure devint pure.

Voila pourquoi, lorsqu’elle était guérie, et que le Seigneur Jésus a posé la question de savoir qui l’avait touché, cette femme eut peur.

Relisons cela, c’était notre passage de base de la partie précédente, Marc 5, le verset 30 à 34, nous dit :

« Jésus connut aussitôt en lui-même qu’une force était sortie de lui; et, se retournant au milieu de la foule, il dit: Qui a touché mes vêtements?
Ses disciples lui dirent: Tu vois la foule qui te presse, et tu dis: Qui m’a touché?
Et il regardait autour de lui, pour voir celle qui avait fait cela.
La femme, effrayée et tremblante, sachant ce qui s’était passé en elle, vint se jeter à ses pieds, et lui dit toute la vérité.
Mais Jésus lui dit: Ma fille, ta foi t’a sauvée; va en paix, et sois guérie de ton mal. »

La femme, effrayée et tremblante…normalement elle ne devait pas s’effrayer ni trembler, elle allait plutôt se réjouir à cause de la guérison, de la délivrance qu’elle venait de recevoir. Mais sachant qu’elle était impure avant, elle crut que le Seigneur Jésus allait s’apprendre à elle, alors que le Seigneur Jésus voulait tout simplement savoir qui avait une telle foi ? Cette femme vint se jeter à ses pieds, et lui dit toute la vérité. Si le Seigneur Jésus l’avait laissé partir, on n’allait pas avoir son témoignage aujourd’hui.

A qui d’autre le Seigneur Jésus avait-il encore dit : « va, ta foi t’a sauvé ? »

L’aveugle Bartimée…

Nous avions déjà parlé de lui, mais ici, nous sommes en train de voir comment la Seigneur Jésus a témoigné de sa foi qui l’a sauvé. Si Bartimée n’avait pas la foi, il allait rater l’opportunité de sa vie. Nul ne sait si le Seigneur Jésus allait encore repasser tout près de l’endroit où il mendiait. Son histoire se trouve dans Marc 10 :46 à 53. Le point commun entre cet aveugle et la femme à la perte de sang, les deux ont « entendu ». Ce qu’on entend est très important. Ce n’est pas n’importe quoi que nous devons entendre, mais la parole de Dieu. Car la foi vient de ce qu’on entend et ce qu’on entend vient de la parole de Christ. (Romains 10 :17) Quel est cet acte de foi qui a été posé par Bartimée pour que le Seigneur Jésus lui dise, ta foi t’a sauvé ?

Bartimée n’avait pas de valeur, ni aucune considération de son entourage. Il n’était qu’un simple mendiant sur le coin de l’avenue que tout le monde connaissait. Pour son entourage, Bartimée ne servait plus à rien et n’avait pas le droit de déranger le Seigneur Jésus. D’ailleurs, pour eux, le fait qu’il criait les dérangeait et ils le faisaient taire. Dans Lévitique 21, il y a des ordonnances relatives aux sacrifices et elles interdisent que tout homme qui a un défaut corporel puisse offrir le sacrifice à Dieu y compris les aveugles ; ils étaient susceptibles de pouvoir profaner le sanctuaire de Dieu. Lisons les versets 18-23 :

« Tout homme qui aura un défaut corporel ne pourra s’approcher: un homme aveugle, boiteux, ayant le nez camus ou un membre allongé;
un homme ayant une fracture au pied ou à la main;
un homme bossu ou grêle, ayant une tache à l’oeil, la gale, une dartre, ou les testicules écrasés.
Tout homme de la race du sacrificateur Aaron, qui aura un défaut corporel, ne s’approchera point pour offrir à l’Éternel les sacrifices consumés par le feu; il a un défaut corporel: il ne s’approchera point pour offrir l’aliment de son Dieu.
Il pourra manger l’aliment de son Dieu, des choses très saintes et des choses saintes.
Mais il n’ira point vers le voile, et il ne s’approchera point de l’autel, car il a un défaut corporel; il ne profanera point mes sanctuaires, car je suis l’Éternel, qui les sanctifie. »

Donc, Bartimée était impur par rapport au service de Dieu suivant la loi qui était d’application de l’époque bien que cela ne concernait que le sacrifice. Mais quoi qu’il en soit, malgré qu’il était mendiant, non considéré, qu’on le reprenait, ce dernier n’avait pas arrêté de crier jusqu’à ce que le Seigneur Jésus le fit venir et qu’il eut reçu le désire de son cœur, le recouvrement de ses yeux. Les versets 52 et 53 disent :

« Et Jésus lui dit: Va, ta foi t’a sauvé.
Aussitôt il recouvra la vue, et suivit Jésus dans le chemin. »

Le mendiant, l’aveugle, à cause de sa foi, il recouvrit sa vue et suivit Jésus. Il est entré dans la suite du Roi des rois alors que la loi de Moïse l’excluait suivant ce que nous venons de lire dans Lévitique. Celui qui n’avait pas droit d’approcher même le voile, l’autel de Dieu était en face de l’Agneau de Dieu, le sacrifice qui sauve l’humanité toute entière.

A qui encore le Seigneur Jésus avait-il dit, va, ta foi t’a sauvé ?

…l’un des dix lépreux…

Dans Luc 18 :11-19, on nous parle de ces dix lépreux qui sont venus auprès du Seigneur Jésus afin qu’Il les purifie de leur lèpre. Le Seigneur Jésus leur avait donné  une instruction à laquelle ils ont tous obéi. Ils devaient aller se montrer aux sacrificateurs et pendant qu’ils allaient, ils furent tous guéris avant même d’y arriver. C’est ainsi que l’un d’entre eux, un samaritain en plus, était reconnaissant à Dieu et est revenu sur ses pas afin de rendre les actions de grâces pour ce qu’Il avait accompli pour lui. En voyant Sa gratitude, le Seigneur Jésus-Christ avait scellé sa guérison en déclarant une parole sur lui. Les dix autres, ingrats qu’ils étaient, n’ont même pas remercié le Seigneur Jésus et sont tous partis. Ce que nous oublions est que Dieu ne nous donne pas toute chose directement bien tout soit à nous. Suivant notre foi, suivant notre obéissance, notre gratitude, Dieu continue ou arrête de nous bénir. Quelqu’un a dit : « si tu bénis Dieu parce qu’Il a montré Son doigt, Il te montrera Son bras. » C’est-à-dire que plus tu glorifies Dieu, tu Lui rends les actions de grâces, plus Dieu va continuer à déverser Ses bénédictions dans ta vie. Ces lépreux étaient tous des « nomades », des personnes interdites de rester dans le camp avec tout le monde, les voilà guéris, au lieu d’aller rendre grâce au Seigneur, ils ont été ingrats.

Ceci arrive souvent dans le domaine financier. Plusieurs ne donnent ni d’offrandes, ni ne paient leurs dîmes à Dieu. Il arrive que tu sois vraiment défié financièrement, que tu n’as plus rien entre les mains ou dans ton compte et du coup, voila que Dieu t’ouvre une porte. Au lieu que tu penses ne fit-ce qu’à la dîme, te voilà en train de finir tout ce que Dieu t’a apporté sans te souvenir de Lui. La reconnaissance est très importante.

…Aux hommes ou femmes qui sont mariés mais qui sont défiés par le fruit des entrailles…

Souvent, ils oublient qu’ils ont premièrement plusieurs sujets d’actions de grâces, tel que leur mariage, leur foyer, leur maison et toutes les autres choses avec lesquelles Dieu les a bénis. Tu les verras en train de se plaindre, de se soucier pour le fruit des entrailles. Je sais que cela n’est pas facile, mais cela ne nous empêche pas d’apprendre ce qui fera que Dieu puisse continuer à nous bénir. Il y a de ceux qui se sont mariés mais qui n’ont jamais, même dans leur prière dit merci à Dieu pour leur mariage, merci à Dieu pour leurs épouses ou époux. C’est un autre secret qui peut faire que Dieu puisse nous bénir avec ce que nous n’avons pas encore y compris le fruit des entrailles. Pour tout ce que tu es maintenant, le niveau de ta vie, la santé, ton mariage, ton épouse, ton époux, tes enfants, tout ce que tu peux avoir, il faut avoir l’habitude de retourner auprès du Seigneur afin de Lui dire merci. Cela fera que Dieu puisse parfaire Ses bénédictions dans ta vie.

Dans cette histoire, nous apprenons que retourner au Seigneur Jésus pour Lui rendre les actions de grâces pour Ses bienfaits est un acte de foi.

Lisons les versets 15 à 19:

« L’un d’eux, se voyant guéri, revint sur ses pas, glorifiant Dieu à haute voix.
Il tomba sur sa face aux pieds de Jésus, et lui rendit grâces. C’était un Samaritain.
Jésus, prenant la parole, dit: Les dix n’ont-ils pas été guéris? Et les neuf autres, où sont-ils?
Ne s’est-il trouvé que cet étranger pour revenir et donner gloire à Dieu?
Puis il lui dit: Lève-toi, va; ta foi t’a sauvé. »

Sache qu’à chaque fois que Dieu fait quelque chose pour ta vie, Il s’attend à ce que tu reviennes afin de Lui rendre les actions de grâces. Cela est considéré comme un acte de foi par le Seigneur et fera que nous puissions recevoir encore plus de Sa part.

…La femme pécheresse…

La dernière personne à qui le Seigneur Jésus dit : « va en paix, ta foi t’a sauvée » que nous voyons maintenant, la Bible l’appelle la femme pécheresse. L’histoire entière se trouve dans livre de Luc 7 :36 à 50.

Au début, les versets 36 à 38 :

« Un pharisien pria Jésus de manger avec lui. Jésus entra dans la maison du pharisien, et se mit à table. Et voici, une femme pécheresse qui se trouvait dans la ville, ayant su qu’il était à table dans la maison du pharisien, apporta un vase d’albâtre plein de parfum,
et se tint derrière, aux pieds de Jésus. Elle pleurait; et bientôt elle lui mouilla les pieds de ses larmes, puis les essuya avec ses cheveux, les baisa, et les oignit de parfum. »

Le Seigneur Jésus était à table en train de manger sûrement avec le pharisien qui l’avait invité et cette femme, qui à cause de ses péchés, son nom a été oublié, et surnommée la pécheresse est entré sans aucune crainte et directement est allée pleurer aux pieds de Jésus.

C’était un scandale pour Simon, le pharisien qui avait invité Jésus, mais Lui voyait la foi de cette femme qui est venue répandre son cœur, pleurer pour le pardon de ses péchés. A cause de ce qu’elle était, elle était rejetée par tous, mais le Seigneur Jésus l’avait recueillie.

Le Seigneur Jésus n’était pas venu seulement pour les malades, mais aussi pour les pécheurs. C’est-à-dire qu’auprès du Seigneur, il y a de la place pour tout le monde. Si seulement tu peux avoir la foi pour aller t’humilier aux pieds du Seigneur Jésus et pleurer pour tes péchés et demander pardon. Les versets 48 à 50 disent :

« Et il dit à la femme: Tes péchés sont pardonnés.
Ceux qui étaient à table avec lui se mirent à dire en eux-mêmes: Qui est celui-ci, qui pardonne même les péchés?
Mais Jésus dit à la femme: Ta foi t’a sauvée, va en paix. »

Ta foi te permet de recevoir aussi le pardon de tes péchés, même si comme cette femme, ton nom a été remplacé par un surnom dû à tes péchés, le Seigneur Jésus est prêt à te pardonner.
A part : « Va en paix, ta foi t’a sauvée », il y a encore une autre expression que le Seigneur Jésus avait utilisé : « Va, qu’il te soit fait selon ta foi »
Il l’avait employé lorsqu’il s’est adressé au centenier dans Matthieu 8 :5-13. Ce centenier est venu aborder le Seigneur Jésus parce que son serviteur était paralysé et souffrait beaucoup. Le Seigneur Jésus était prêt pour aller chez ce centenier afin de guérir son serviteur. Cependant, le Seigneur Jésus était étonné de la réponse, de la foi de cet homme qui Lui dira au verset 8:

« Le centenier répondit: Seigneur, je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit; mais dis seulement un mot, et mon serviteur sera guéri. »
…dis seulement un mot, et mon serviteur sera guéri…

Quelle foi ? Bien-aimé, tu n’as pas besoin de voir un ange t’apparaître, que le Seigneur Jésus t’apparaisse. Je ne sais pas si le centenier avait dit à son serviteur qu’il était allé chercher le Seigneur Jésus afin qu’Il le guérisse. Quel miracle, qu’une personne paralysée, souffrante soit guérie instantanément ? Les gens qui étaient autour de Lui en ces moments là, les médecins étaient sûrement étonnés de ce qui s’était passé.

Les versets 10 et 13 nous disent :

« Après l’avoir entendu, Jésus fut dans l’étonnement, et il dit à ceux qui le suivaient: Je vous le dis en vérité, même en Israël je n’ai pas trouvé une aussi grande foi.
Puis Jésus dit au centenier: Va, qu’il te soit fait selon ta foi. Et à l’heure même le serviteur fut guéri. »

Le Seigneur disait aux uns ta foi t’a sauvé, gens de peu de foi, mais ici, il est étonné d’avoir trouvé une autre dimension de foi, une aussi grande foi. La grande foi a permis que ce soldat romain obtienne la guérison, non pas de lui-même mais de son serviteur sans que le Seigneur Jésus se déplace, ce qui nous confirme le Psaume 107 :20 qui nous dit :

« Il envoya sa parole et les guérit, Il les fit échapper de la fosse. »

et Jérémie 23 :23 :

« Ne suis-je un Dieu que de près, dit l’Éternel, et ne suis-je pas aussi un Dieu de loin? »

Où que nous soyons, Dieu peut nous atteindre si seulement nous pouvons avoir la foi. Souviens-toi qu’au-delà de plusieurs définitions de la foi, j’avais défini la foi comme étant tout simplement l’obéissance à Dieu. Si tu peux obéir à Dieu, te soumettre à Dieu, t’humilier devant Dieu, te jeter à ses pieds pour demander pardon ou une guérison, sache que tu peux le recevoir.

C’est pour cela que je prie maintenant pour toi qui as lu cet enseignement, que Dieu t’accorde le désire de ton cœur au nom puissant de Jésus. Si tu es souffrant, laisse que le Seigneur Jésus te guérisse maintenant au nom puissant de Jésus. Que Dieu te touche partout où tu as besoin de Sa touchée au nom puissant de Jésus. Sois béni et comblé des bienfaits de Dieu au nom puissant de Jésus.

Que Dieu bénisse Sa parole.

(Fin du sous-thème)

Si cet enseignement t’a béni, n’hésite pas à nous laisser un commentaire, sans oublier de partager ou transférer à tes connaissances.


Communiqué : Si tu es béni par les enseignements de ce site et si tu veux le soutenir, n’hésite pas à le faire et Dieu ne manquera pas de te bénir. Nous devons commencer en ce Septembre une maison de prière qui nous permettra encore d’avancer dans cette œuvre que Dieu nous a confiée. C’est en  Septembre 2014 que Dieu nous a mis à cœur de commencer ce travail.  Et, le 6 Novembre 2015, notre site va totaliser une année jour après jour depuis la toute première publication.
A Dieu soit toute la gloire.
Tu peux nous joindre directement au +243812235653 (appel direct/whatsapp ou autre application) ou par email : wisdombokungu@gmail.com.
Que Dieu continue à te bénir au nom puissant de Jésus.

2 commentaires sur « Ta foi t’a sauvé, va en paix – suite et fin »

Laisser un commentaire