Site icon Foi, Espérance & Vie

Un cœur joyeux : « Un bon remède » ! (Suite 05)

Shalom mes bien-aimés dans le Seigneur ! Que la paix de Dieu qui surpasse toute intelligence et Sa joie ineffable vous soient multipliées dans le précieux et le glorieux de Jésus-Christ de Nazareth.

Nous répondons toujours à notre toute première question : « Pourquoi seulement un cœur joyeux qui est un bon remède ? Pourquoi pas une autre chose ? Nous avons dit que c’est parce (1) c’est du cœur que provienne la vie et avons aussi vu comment l’amertume peut nous éloigner de Dieu et retarder notre bénédiction, (2) Parce qu’il y a d’abondantes joies dans la présence de Dieu. La 3ème réponse aujourd’hui, c’est parce que :

3. La joie de Dieu est notre force !

La joie dans le cœur qui est un bon remède n’est pas n’importe quelle joie, c’est la joie de Dieu, c’est même ce qui lui donne ce pouvoir curatif. Car, même naturellement, la bonne humeur peut détendre une personne, mais elle ne peut pas lui apporter une vraie guérison. Pourquoi ? C’est parce que la joie naturelle n’est pas stable et n’est pas permanente. La joie naturelle peut finir dans la tristesse, mais la joie de Dieu, elle ne finit jamais, elle est ineffable et permanente. La joie de Dieu est produite par le Saint-Esprit de Dieu qui vit en nous.

Avant de commencer à nous parler de cette joie de Dieu qui est notre force, permettez-moi d’abord de la différencier de la joie naturelle. Ceci nous aidera à voir l’importance de la joie de Dieu, à la chercher, à la garder et surtout la distinguer de la joie naturelle.

Lisons Proverbes 14 :13 :
« Au milieu même du rire le cœur peut être affligé, et la joie peut finir par la détresse. » (Version LSG)

Lisons le même passage dans 2 différentes versions :

La Bible du Semeur 2014 :
« Le rire peut masquer la tristesse du cœur, et la gaieté peut finir en chagrin. »

Parole de vie 2017
« Tu peux rire et en même temps souffrir dans ton cœur. A la fin, ta joie se change en tristesse. »

Ce Proverbe nous enseigne deux vérités sur la joie humaine ou naturelle :

Etant donné que cette joie est liée à nos circonstances, aux temps ; elle est souvent attachée aux bonnes choses qui nous arrivent et aux bonnes nouvelles que nous recevons, lorsqu’il y a des circonstances contraires, les mauvaises choses ou les mauvaises nouvelles, naturellement, cette joie se dissipent. Elle se transforme en tristesse.

Je vais essayer de donner un exemple simple. Vous recevez un téléphone neuf dans votre lieu de travail et naturellement, vous êtes dans la joie, n’est-ce pas ? Cependant, faisant chemin retour, alors que vous rentriez tout joyeux à la maison, quelqu’un vous vole votre téléphone. Qu’est ce qui arrivera dans ce cas ? Naturellement, vous perdez votre joie que vous aviez à peine à la réception de cette téléphone. Votre humeur va changer et beaucoup de choses vont commencer à circuler dans votre tête. La joie de recevoir un nouveau téléphone se transforme dans la tristesse de pouvoir le perdre. En une journée, nous passons de la joie à la tristesse. Les exemples sont légion. Vous pouvez nous aider, en nous les laissant dans les commentaires.

Cependant, la joie de Dieu est notre force ! Celle-ci n’est pas causée par une circonstance quelconque, elle n’est pas née d’une bonne nouvelle et n’est pas la conséquence d’un cadeau que nous venons de recevoir !

A suivre… je nous souhaite un excellent week-end ! Si tout va bien, nous pourrons avoir notre suite demain, sinon, le lundi.

Au cas où vous êtes intéressé, nos cultes du dimanche sont diffusés en direct sur notre chaine YouTube : Beracah Family Tv et sur notre page Facebook, merci d’aimer et de vous abonner pour commencer à recevoir des notifications.

Que Dieu vous bénisse et vous comble de Ses bienfaits au nom puissant de Jésus-Christ.


Quitter la version mobile